15 avril 2016
Accommoder les fumeurs n’est pas envisageable, selon le ministère
Par: Deux Rives
La Commission scolaire de Sorel-Tracy cherche une solution pour les jeunes fumeurs à l’école secondaire Fernand-Lefebvre, qui sont présentement entassés dans une petite parcelle du terrain de l’école. | TC Média - Julie Lambert

La Commission scolaire de Sorel-Tracy cherche une solution pour les jeunes fumeurs à l’école secondaire Fernand-Lefebvre, qui sont présentement entassés dans une petite parcelle du terrain de l’école. | TC Média - Julie Lambert

La démarche de la Commission scolaire (CS) de Sorel-Tracy visant à accommoder les élèves fumeurs de l’école secondaire Fernand-Lefebvre n’est pas entérinée par le ministère de la Santé.

Selon la Loi concernant la lutte contre le tabagisme, il est interdit de fumer sur les terrains des établissements d’enseignement aux heures où ces établissements reçoivent des élèves.

Or, l’école secondaire Fernand-Lefebvre n’est entourée ni de trottoirs, ni de terrains publics. La CS se retrouve devant un dilemme : soit elle applique la loi interdisant de fumer sur un terrain d’école et envoie ainsi les élèves dans la rue, soit elle les tolère sur un terrain afin d’assurer la sécurité des élèves.

La CS a donc approché la Ville de Sorel-Tracy pour lui vendre une parcelle de terrain afin de créer une zone de fumeurs, près de la piste cyclable sur la rue du Collège.

Le cas soulevé à l’école secondaire Fernand-Lefebvre n’est pas unique, affirme la porte-parole du ministère de la Santé, Caroline Gingras.

« Une disposition fait en sorte qu’à partir du moment où il s’agit d’un terrain utilisé par des élèves, le ministère pourrait considérer, dans le cadre de ses inspections, qu’il est interdit d’y fumer. Ainsi, dans un tel cas, la ville risquerait d’être en infraction », précise-t-elle.

Mme Gingras rappelle également que l’objectif du gouvernement s’inscrit dans une perspective de lutte contre le tabagisme auprès des jeunes. « Le ministère invite dès lors les écoles à déployer leurs efforts dans l’aide à la cessation tabagique. »

À la recherche d’une solution

La responsable aux communications de la CS, Christine Marchand, a réagi à la réponse du ministère.

« La CS est actuellement à la recherche d’une solution viable qui lui permettra, d’une part, de respecter ses obligations légales à l’égard du ministère et d’autre part, de faire en sorte d’assurer la sécurité de l’ensemble des élèves qui lui sont confiés. Ces enjeux seront donc pris en compte dans le cadre des démarches qui pourraient être entreprises au cours des prochains mois. »

Pas de commentaires

Le Journal a tenté de joindre le comité étudiant de l’école secondaire afin d’obtenir des commentaires de son porte-parole. Après avoir accepté une première fois la demande d’entrevue, la Commission scolaire est toutefois intervenue dans les démarches initiées par notre journaliste en décidant de ne pas donner l’autorisation aux élèves de parler. Les élèves ont, par la suite, préféré refuser l’entrevue.

La porte-parole de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac, Flory Doucas, n’a pas voulu commenter le dossier touchant l’école secondaire Fernand-Lefebvre.

La Coalition a tenu à préciser que, contrairement à ce que le Journal rapportait dans son édition du 8 avril, elle encourage tous les intervenants concernés dans le dossier à se rencontrer autour d’une même table pour débattre de la question. Au cours de l’entrevue la semaine dernière, elle a tenu à s’exprimer sur l’esprit général de la loi et non sur ce cas en particulier, précise Mme Doucas.

image