11 août 2020
Urgence!
Par: Louise Grégoire-Racicot

Forte d'une expérience de plus de 40 ans dans les médias, dont 37 au journal Les 2 Rives, Louise Grégoire-Racicot écrit une chronique hebdomadaire à propos de sujets régionaux.

Il presse que les élus municipaux et députés de la région unissent leurs efforts pour obtenir que la ministre de l’Immigration du Québec émette immédiatement un Certificat de sélection du Québec à Hanna Horbanova. La ministre peut le faire en situation de détresse. Et ce cas en est un!

Publicité
Activer le son

Arrivée à Sorel-Tracy il y a deux ans et demi, avec son conjoint Ihor Horbanov et leurs deux enfants, Mme Horbanova est désormais menacée d’expulsion vers l’Ukraine. Car depuis le décès accidentel de son mari, elle ne peut plus travailler ou suivre des cours de francisation. Elle est désormais sans papier, le visa de travail ayant été consenti qu’à son conjoint venu travailler comme machiniste chez CNC Tracy.

Rappelons que M. Horbanov est décédé à la suite d’un accident de la route occasionné par un nid-de-poule géant sur l’autoroute 30 pour lequel le coroner a fait de sévères remontrances de négligence au ministère des Transports du Québec.

Bien des éléments militent donc en faveur d’une intervention musclée des élus de la région en sa faveur. C’est le temps d’élever le ton, comme le maire Péloquin l’avait fait pour venir en aide aux marins indiens abandonnés sur le Phoénix amarré au port de Sorel, en 2015.

La famille d’Ihor Horbanov avait choisi Sorel-Tracy comme milieu de vie et a cherché rapidement à s’y intégrer. Pour s’y bâtir un avenir plus prometteur. Aujourd’hui, madame et ses enfants veulent continuer d’y vivre. Mais sans visa, elle ne peut ni travailler, ni inscrire la famille à l’assurance-santé du Québec, ni même envoyer ses jeunes enfants à l’école. Quelle situation intolérable!

Voilà qui est inacceptable et immoral, dit le député Gaétan Barrette, critique libéral en matière d’immigration. Pour une fois, on peut être pleinement d’accord avec lui!

Un manque d’entretien de route a causé une perte de vie et un drame pour une mère de famille et ses deux enfants, rappelle justement le député de La Pinière. Voilà une injustice à corriger. Et vite. Car le Québec a une part de responsabilité dans ce décès. Une dette à l’égard de cette famille endeuillée.

La nôtre en est une de solidarité. D’humanité. De soutien à cette famille confrontée aux dédales administratifs sourds à la détresse des gens!

Lueurs d’espoir

À travers la grisaille de la pandémie, l’ouverture de l’usine de Bel témoigne bien du dynamisme de la famille Chalifoux et de son équipe. Il y a belle lurette qu’on n’avait pas vu une usine employant 140 personnes ouvrir ses portes ici! Dans un domaine – la transformation agro-alimentaire – dont on déplore qu’il ne soit pas plus exploité chez nous.

Autre pas en avant: l’appel de qualification lancé par l’Administration portuaire de Montréal pour la conception et la construction en 2021 de l’infrastructure (750 M$ à 950 M$).

Il importe maintenant que Sorel-Tracy rende vite publics les plans particuliers qu’elle caresse pour tirer le meilleur avantage possible de l’expansion du Port de Montréal dans la ville voisine. On veut savoir!

R.I.P. Lise Larivière-Proulx

Je l’ai connue quand elle enseignait à l’ESBG à l’un de mes fils. J’y ai trouvé quelqu’un qui prenait le temps d’écouter les jeunes, d’entendre leurs besoins et de décoder leurs émotions. Et qui savait surtout les guider sur la voie de l’estime de soi, de la motivation et du dépassement.

À sa retraite, elle a investi son souci de l’Autre – et Dieu sait qu’il était grand – dans le recrutement et l’animation du quotidien de l’équipe essentielle des bénévoles de l’Hôtel -Dieu. Et ce, sans compter les heures et l’énergie qu’elle y mettait. La région perd une grande Dame! R.I.P.

image