21 mars 2018
Heures diminuées pour un poste culturel à la MRC de Pierre-De Saurel
Une vague de protestations se fait entendre
Par: Julie Lambert

Les maires de la MRC de Pierre-De Saurel ont accordé un contrat pour l'entretien de cours d'eau, le 11 avril. (Photo : Julie Lambert)

La diminution des heures d’un poste de coordonnateur à la politique culturelle à la MRC de Pierre-De Sorel a soulevé une vague de mécontentement et de protestations dans les derniers jours. Plusieurs maires et acteurs du milieu culturel ont exprimé leur inquiétude face à cette perte et aux répercussions sur le développement culturel de la région.

Cette décision a été prise lors de la dernière séance publique du 14 mars. L’organisme devait renouveler son poste de coordonnateur à la politique culturelle depuis le départ de son ancienne employée, Caroline Cloutier, en décembre.

Les maires devaient donner l’autorisation à la MRC d’enclencher le processus pour combler son poste vacant. Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a toutefois proposé que le contrat précédent soit revu pour un poste à temps partiel, à 21 heures par semaine, au lieu d’un poste à temps plein à 35 heures par semaine.

La personne aura le même mandat de s’occuper des dossiers régionaux, mais son contrat sera d’une durée d’un an, renouvelable par la suite afin que la MRC procède à une analyse de ses besoins réels, a expliqué le maire Péloquin.

Il a illustré aux maires la nécessité de revoir le modèle en raison des coûts qu’elle assume depuis quelques années. La Ville de Sorel-Tracy possède sa propre entente culturelle avec le ministère de la Culture et finance trois projets, soit les Journées de la culture, Foudl’art et l’inventaire de son patrimoine bâti. Elle a aussi quatre personnes à temps plein travaillant à la mise en place de ses projets.

« Il y avait des doublons puisque Sorel-Tracy payait la facture avec les autres municipalités alors qu’elle assume 100% de ses projets. On est en accord avec la nécessité d’avoir un coordonnateur culturel, mais il fallait corriger ça. Une personne à trois jours semaine, on est capable de s’en tirer », a-t-il argumenté.

M. Péloquin ajoute que les maires en désaccord avec sa proposition utilisaient les services du coordinateur pour les aider à développer leur propre volet culturel au niveau municipal alors que cette personne doit s’occuper seulement du niveau régional.

« On n’a pas à payer la facture pour ceux qui veulent quelqu’un qui s’occupe de la culture chez eux. Elles n’ont qu’à se mettre ensemble et payer une personne pour combler le poste à temps plein. Pour quelque sous, les municipalités pourraient s’offrir un service local », croit le maire de Sorel-Tracy.

Division à la table des maires

Le maire de Saint-Robert et préfet de la MRC, Gilles Salvas, a demandé le vote sur la proposition de Sorel-Tracy. Il juge que le coordonnateur à la politique culturelle ne serait pas en mesure d’accomplir l’ensemble de ses tâches avec un poste à temps partiel.

Sept maires, soit ceux de Sainte-Anne-de-Sorel, de Saint-Joseph-de-Sorel, de Saint-Aimé, de Yamaska, de Massueville, de Saint-Gérard-Majella et de Saint-Robert, ont voté contre la proposition. Le poste à temps partiel a toutefois été accepté puisque le vote s’est terminé à huit voix contre sept en faveur de la proposition du maire de Sorel-Tracy.

Chaque municipalité possède une voix, sauf Sorel-Tracy qui en a quatre en raison de la proportion de sa population. La Ville a reçu l’appui des quatre autres maires, soit ceux de Saint-David, Saint-Roch-de-Richelieu, Sainte-Victoire-de-Sorel et Saint-Ours.

Selon le préfet de la MRC, il est improbable que la décision soit annulée malgré le mécontentement exprimé par certains maires, mais aussi par des artistes et différents acteurs du milieu à la suite de l’annonce de la décision.

« Pour l’instant, on va vivre avec ça. Il faudrait que Sorel-Tracy revienne sur sa décision, mais en attendant on a enclenché le processus », lance M. Salvas.

Ce qu’ils ont dit

« On est tous pour la culture. On avait le choix de faire un copier-coller avec l’ancien modèle ou se poser la question sur nos réels besoins. On devait prendre le temps de réflexion pendant qu’on était dedans. Ce n’est pas dit que si la personne est bonne et démontre les besoins que nous n’augmentions pas les heures pour un poste à temps plein » – le maire de Saint-Ours, Sylvain Dupuis

« On a donné notre appui à cette proposition le temps de savoir ce que l’on veut, ce dont on a besoin et ce qui est nécessaire. Il est plus facile d’en ajouter que d’en enlever. On veut établir une politique ou il n’y aura pas de dédoublement comme en ce moment » – le maire de Saint-Roch-de-Richelieu, Michel Beck

« Il est complètement inconcevable qu’une telle décision soit rendue en cette période où la culture et les arts sont grandement touchés par les coupures budgétaires. La culture et les arts sont ce qui nous personnalisent, qui dynamisent une société en santé, qui favorisent le rayonnement et la fierté des communautés » – la photographe et artiste, NathB

« Une telle décision risque de réduire le soutien aux municipalités rurales et de limiter ainsi l’accès de leur population à la culture. Pourquoi avoir adopté une politique culturelle en 2011, avoir tenu un forum culturel en 2017, avoir mis en place le programme Foudl’art si c’était pour en arriver là? » – la responsable bénévole de la bibliothèque Saint-Aimé/Massueville, Suzanne Lalande

« J’ai la ferme conviction que c’est un recul important pour le monde de la culture de notre région. […] Le fait d’aller chercher quelqu’un à temps partiel nous limite aussi énormément pour la qualité de la ressource que nous pourrions aller chercher » – le maire de Sainte-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin

« On va affaiblir la capacité de la MRC à remplir son rôle. On a en plus ce qu’il faut, on a les provisions qu’il faut, on a le potentiel qu’il faut et les messages qui nous ont été donnés au forum de la culture en septembre, ça exige qu’on soit là pour les gens de la culture et pour le développement de la culture sur le territoire de la MRC » – le maire de Massueville, Denis Marion

« […] C’est important d’arrimer ces deux ententes. […] On a des suites à donner au forum et son document est assez volumineux. Il y a des suivis à faire à la politique culturelle et à la MRC. Cela prend quelque chose de meilleur que ce que nous avons présentement » – le maire de Saint-Joseph-de-Sorel, Vincent Deguise

image