25 juillet 2016
Une quatrième demande pour obtenir Techniques policières
Par: Sarah-Eve Charland
La Cégep de Sorel-Tracy a déposé une demande pour obtenir le programme Techniques policières. | TC Média - Achives

La Cégep de Sorel-Tracy a déposé une demande pour obtenir le programme Techniques policières. | TC Média - Achives

Le Cégep de Sorel-Tracy tentera pour une quatrième fois de mettre la main sur le programme de Techniques policières afin de devenir la référence régionale dans le domaine juridique.

À trois reprises au cours des dernières années, le ministère de l’Éducation a refusé les demandes en raison du nombre de places limitées à l’École nationale de police à Nicolet.

Le Cégep de Sorel-Tracy offre le programme d’attestation d’études collégiales (AEC) en Intervention en milieu juvénile et carcéral depuis avril 2012. En plus de la demande pour le programme de Techniques policières, le collège a également déposé une demande pour le programme de Techniques juridiques.

« On veut se spécifier dans le domaine juridique. On veut développer un créneau en Montérégie et au Centre-du-Québec », affirme la directrice générale, Fabienne Desroches.

Le Cégep a envoyé sa demande il y a quelques semaines. Mme Desroches espère que cette fois-ci sera la bonne. Mme Desroches est confiante d’avoir en sa possession un dossier bien étoffé.

« Le centre de détention de Sorel-Tracy joue en notre faveur. La Sûreté du Québec nous a donné son appui pour accueillir des stagiaires. On a plusieurs curriculum vitae de policiers, d’enquêteurs et d’avocats pour devenir enseignant. On est confiants d’avoir au moins un des deux programmes », explique-t-elle.

Le député en appui

Le député de Richelieu, Sylvain Rochon, a souligné lors de l’inauguration officielle du nouveau gymnase, le 27 juin dernier, son appui indéfectible au projet du Cégep de Sorel-Tracy dans son désir de déposer une fois de plus une demande pour obtenir le programme Techniques policières.

Il tentera au cours des prochains mois de faire cheminer cette demande auprès des ministres de l’Éducation, Sébastien Proulx, et de l’Enseignement supérieur, Hélène David.

« Avec la construction du nouveau gymnase, je vais pouvoir acheminer la demande du Cégep. Ce dernier est essentiel à notre développement régional et c’est pour ça qu’il faut tous l’appuyer dans ses démarches. […] La directrice trouvera toujours un appui auprès de moi », a-t-il assuré.

La directrice générale du Cégep ne sait pas quand elle recevra une réponse du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Elle espère toutefois obtenir une réponse d’ici cet automne afin d’ouvrir le programme à l’automne 2017.

Peu de places disponibles

« Le programme d’études Techniques policières est offert dans dix collèges publics et deux collèges privés. L’offre de formation actuelle répond aux besoins de formation. Les autorisations existantes permettent l’accueil d’un nombre important de débutants et le nombre de diplômés surpasse la capacité d’accueil de l’École nationale de police du Québec », affirme le porte-parole du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Bryan Saint-Louis.

En moyenne, plus de 750 personnes sont diplômées par année dans les différents collèges. Celles-ci doivent poursuivre leur formation à l’École nationale de police du Québec à Nicolet dont le contingentement autorisé du programme de formation initiale en patrouille-gendarmerie est de 648 places par année scolaire.

Avec la collaboration de Julie Lambert.

image