7 février 2019
Découverte d'un dentiste sorelois
Une pâte à dent naturelle envahit les tablettes québécoises
Par: Julie Lambert

Le Sorelois d'origine Jacques Véronneau est fier que ses recherches aient abouti dans la production d'une première pâte à dent naturelle. Photo Gracieuseté

Le dentiste originaire de Sorel-Tracy œuvrant à Saint-Denis-sur-Richelieu, Jacques Véronneau, a vu les résultats de ses recherches aboutir dans la production d’un dentifrice aux propriétés naturelles et sans fluor. Le produit, qui aiderait à réduire de 60 % le risque de carie, sera distribué vers la fin février dans plusieurs pharmacies et bureaux de dentistes au Québec en plus de prendre d’assaut le marché canadien.

Le dentiste Jacques Véronneau a effectué plusieurs recherches et réalisé des essais cliniques dans ses centres dentaires, au Kosovo et en Roumanie afin de tester une pâte à dent naturelle, sans fluor, composé à 25 % de xylitol.

Ses analyses ont démontré que celle-ci avait la capacité de diminuer les bactéries cariogènes pour un traitement plus médical, même six mois après son arrêt. Selon le dentiste, il faudrait trois mois de brossage pour obtenir l’effet antibactérien optimal du produit. Ses recherches ont aussi démontré que son produit pourrait diminuer de 78 % des bactéries qui causent la parodontie, une maladie de gencive et d’os.

« Nous avons demandé une licence auprès de Santé Canada via la compagnie Oral Science. Nous avions déposé les documents il y a plusieurs mois, mais cela a été plus long que prévu d’obtenir les licences. Depuis la mise en vente du CariØ (Carie Zéro) en janvier, Oral Science sent un véritable buzz », se réjouit-il.

Jacques Véronneau espère que le milieu des dentistes sera ouvert à sa découverte qui serait une première mondiale et qu’ils rendront la pâte disponible dans leur cabinet.

« J’ai fait cela de ma propre initiative. Aucun gouvernement ni personne ne m’a aidé et je n’ai reçu aucune subvention. Ce qui est le plus difficile, c’est de faire abstraction pour ceux qui font la promotion du fluor pur et dur, que même si on l’utilise depuis 60 ans, il y a encore de la carie. Il n’y a personne qui peut contester les résultats parce que cela a fait l’objet d’un doctorat et c’est enregistré dans une bibliothèque au Kosovo. Ça rencontre les standards scientifiques dont on réfère souvent et c’était ça ma première préoccupation : de mettre les assises dans la promotion de quelque chose qui pourrait aider toutes les familles dans l’amélioration de leur santé buccodentaire », conclut-il.

image