8 mars 2017
Une œuvre en mémoire des femmes autochtones disparues
Par: Sarah-Eve Charland
L’œuvre a été inaugurée le 8 mars au Cégep de Sorel-Tracy. | Gracieuseté

L’œuvre a été inaugurée le 8 mars au Cégep de Sorel-Tracy. | Gracieuseté

L’œuvre a été inaugurée le 8 mars au Cégep de Sorel-Tracy. | Gracieuseté

L’œuvre a été inaugurée le 8 mars au Cégep de Sorel-Tracy. | Gracieuseté

Des travailleuses du Cégep de Sorel-Tracy ont souligné la Journée internationale des femmes, le 8 mars, en exposant une œuvre artistique en mémoire des femmes autochtones disparues au cours des dernières années.

Elles ont suspendu des robes rouge dans les arbres du boisé environnant l’établissement d’enseignement. La robe rouge est devenue un symbole dans la foulée des premières révélations concernant les femmes autochtones disparues ou assassinées, peut-on lire dans le communiqué publié le Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Sorel-Tracy.

L’installation a été inspirée par l’œuvre de l’artiste canadienne Jaime Black. « C’est une artiste multidisciplinaire qui a notamment présenté une série d’installations, The REDress project, dont nous nous sommes librement inspirées ici pour proposer une forme de dialogue dans l’espace », explique Marie-Josée Roy, professeure en littérature au Cégep.

Des extraits de textes écrits par des poètes autochtones ont aussi été installés sur des panneaux dans le hall de l’institution.

Au Canada, au moins 1181 femmes autochtones ont été assassinées ou ont disparu. En 2012, elles représentaient 23 % des victimes féminines d’homicides au pays, alors qu’elles ne forment que 4,3 % des femmes canadiennes, peut-on aussi lire dans le communiqué.

image