20 mai 2016
Une facture trop salée, dénoncent les résidents
Par: Deux Rives
Des citoyens de l’Île d’Embarras se sont mobilisés pour dénoncer une hausse drastique de leur compte de taxes afin de raccorder le réseau d’aqueduc et d’égout. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Des citoyens de l’Île d’Embarras se sont mobilisés pour dénoncer une hausse drastique de leur compte de taxes afin de raccorder le réseau d’aqueduc et d’égout. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Alors que la municipalité de Sainte-Anne-de-Sorel souhaite cesser le rejet des eaux usées directement dans le fleuve pour ses 33 résidences situées sur l’Île d’Embarras, son projet de raccordement des égouts et du réseau d’aqueduc est loin de faire l’unanimité auprès des résidents.

Publicité
Activer le son

Alors que la facture annuelle de taxe pourrait augmenter de 1843$ par année pendant 25 ans pour les 33 résidences touchées, les citoyens dénoncent la facture salée. « On n’est pas contre le principe de raccorder les égouts, mais la facture est trop élevée. Je ne connais personne qui est capable d’assumer cette augmentation », déplore Léonard Dutil.

Le projet, estimé à 1 262 023$, a été présenté aux résidents du secteur le 9 mai. La municipalité a obtenu une subvention de 360 000$ du gouvernement du Québec. Ce projet vise à se conformer à la Loi sur l’environnement qui interdit le rejet des eaux usées directement dans le fleuve Saint-Laurent.

Trois options ont été présentées aux citoyens : payer la facture immédiatement en un seul paiement, répartir la facture sur 20 ans ou la répartir sur 25 ans. Si le coût est divisé sur 25 ans, le compte de taxes augmentera de 1843$ par année pour chacune des résidences.

« Les coûts sont exorbitants. Ça n’a pas de bon sens. Je n’aurais pas acheté une maison de 120 000$ pour des taxes aussi élevées », ajoute Marie-Ève Dionne.

Pour certains, le compte de taxes triplera. Pour d’autres, la facture sera encore plus élevée puisque 16 des 33 résidences devront également être raccordées au réseau d’aqueduc. Ce deuxième projet s’élève à 236 203$. Ces résidences verront une facture annuelle de 995$ s’ajouter à leur compte de taxes, en plus de 1843$ pour le réseau d’égouts.

Une question d’équité

Les citoyens demandent à ce que les coûts soient assumés par l’ensemble de la population de la municipalité.

« Pour les nouvelles installations, ce sont les résidents touchés qui paient. Ç’a toujours été comme ça selon mes souvenirs. C’est une question d’équité. Partout ailleurs dans la municipalité, les gens ont aussi payé leurs égouts », affirme le maire de Sainte-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin.

Alors qu’il croyait avoir eu l’acceptation des citoyens, le maire se dit surpris de la réaction des citoyens au cours des derniers jours, d’autant plus que la municipalité agit actuellement dans l’illégalité en rejetant ses eaux usées dans le fleuve.

« Le dossier remonte à une vingtaine d’années. Il faut que le dossier se règle. On est en 2016. […] On a une offre qu’on n’a jamais eue dans le passé. Si on ne prend pas la subvention, on n’aura peut-être plus la même occasion », croit-il.

L’Île d’Embarras se situe en zone inondable 0-2 ans, ce qui signifie qu’elle est inondée tous les ans au printemps lors de la crue des eaux. Cette situation a un impact sur les coûts élevés du projet, explique le maire.

Les élus devront prendre une décision s’ils vont de l’avant avec le projet lors de la prochaine séance du conseil municipal le 6 juin.

image