20 juillet 2015
Une exposition qui lève le voile sur l’homme qu’était Louis-Joseph Papineau
Par: Louise Grégoire-Racicot
Les visiteurs sont incités à commenter l’exposition. Mme Monique Rodier de Saint-Hyacinthe s’y prête. | Photo: TC Média – Louise Grégoire-Racicot

Les visiteurs sont incités à commenter l’exposition. Mme Monique Rodier de Saint-Hyacinthe s’y prête. | Photo: TC Média – Louise Grégoire-Racicot

Le collectionneur sorelois Denis St-Martin donne une fois de plus accès à de précieuses pièces de sa collection de documents et d’objets acquise au fil des ans, à la manière d’un expert guidé par son flair et ses connaissances. Cette fois, c’est à Louis-Joseph Papineau qu’il consacre une exposition, à la Maison des gouverneurs de Sorel-Tracy.

C’est paradoxalement dans cette maison achetée par le gouverneur anglais Frederick Haldimand au nom de la Couronne dont le premier occupant a été le baron Friedrich Adolph von Riedesel, commandant d’un régiment intégré à l’armée anglaise, que l’exposition a lieu. Modeste exposition, dit M. St-Martin, avec ses 70 documents, gravures, manuscrits et objets ayant appartenu à «ce personnage d’exception», comme il le qualifie.

Il y expose des livres tirés de sa bibliothèque, dont un exemplaire du Coran, des textes de ses discours, quelques vêtements ayant appartenu aux Papineau, des actes et gravures d’époque, de nombreux portraits et photos de l’homme mais aussi des articles – vaisselle, plumes, toiles et sculpture – ayant été utilisés au manoir Papineau où il a vécu de longues années. Ce qui en fait une exposition patrimoniale.

Rappelons que Louis-Joseph Papineau fut l’un des principaux artisans de la reconnaissance politique de la population francophone du Bas-Canada et de l’instauration d’un gouvernement responsable.

On y découvre succinctement le chef de famille, l’avocat, le tribun, l’homme politique, le seigneur et l’érudit. On peut y lire des lettres manuscrites adressées à sa fille et à son frère et constater quelle fine écriture il avait.

L’exposition fait cependant peu de cas du patriote, puisque M. St-Martin a déjà présenté en 2008 ce volet de son existence.

En présentant cette exposition avec son complice de la Société de mise en valeur du patrimoine historique québécois qu’il a fondée, M. St-Martin met en pratique ce qu’il s’est toujours promis: ne pas garder pour lui seul les traces tangibles de tous ces personnages qui ont marqué l’histoire mais bien de permettre à d’autres amants de l’histoire, comme lui, de les voir de près, d’en lire même le contenu. D’ailleurs sa collection sur cette période de l’histoire est l’une des plus importantes au Canada.

L’exposition a été montée (scénographie, panneaux d’interprétation, notes explicatives) par l’équipe de la Maison nationale des Patriotes qui la présentera à Saint-Denis-sur-Richelieu, en 2016.

La visiter ne coûte rien. Elle est présentée jusqu’au 27 août. On y accède par le bureau de l’Office de tourisme tous les jours, entre 8h30 et 17h30. Elle s’adresse à des gens qui veulent découvrir l’histoire du Québec et du Canada sous différents angles. Surtout s’ils n’hésitent pas à consacrer du temps à la lecture de textes qui les révèlent.

image