12 avril 2016
Une entrepreneure avec des mains d’artiste
Par: Sarah-Eve Charland
Marie-Claude Proulx met sa créativité au profit de son entreprise OmmaSae. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Marie-Claude Proulx met sa créativité au profit de son entreprise OmmaSae. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Après avoir vendu plus de 550 babillards faits à la main un peu partout dans le monde, l’artiste Marie-Claude Proulx a encore de la difficulté à se percevoir comme une entrepreneure. Aujourd’hui, elle a des projets plein la tête pour son entreprise OmmaSae, située à Contrecœur.

Son histoire a commencé lorsqu’elle s’est retrouvée en arrêt de travail en 2013. Elle était alors enseignante au primaire. Quelques mois après son arrêt de travail, elle a décidé de décorer le bureau à son domicile, le point de départ de son aventure.

« Je ne trouvais pas de babillard pour les femmes dans les magasins. Je ne trouvais rien à mon goût. J’ai ressorti mes choses d’artisanat. C’est parti de là! », raconte-t-elle.

Trois ans plus tard, elle travaille à temps plein pour produire des babillards à partir de produits récupérés. « Tout se plaçait tout seul. C’est vraiment une passion qui s’est développée. Ça m’a pris du temps à voir ça comme une entreprise et non comme un passe-temps. »

Elle vend ses babillards sur le site Internet Etsy. Elle envoie parfois ses produits aux États-Unis et même en Grande-Bretagne. « Même si le coût d’envoi est très cher, les gens sont prêts à payer. Je suis tombée dans un créneau unique qui n’existait pas avant. »

De retour à Contrecœur après avoir présenté ses œuvres au salon prestigieux One of a kind à Toronto du 23 au 27 mars, elle a lancé sa nouvelle collection Les Fabriqués qui est une série de babillards assortis à partir de matériaux neufs.

« C’est une très belle visibilité. C’était un de mes objectifs d’entreprise. Je ne pensais pas y aller aussi tôt. J’ai appliqué en ne pensant pas être acceptée. Je n’en revenais pas d’être sélectionnée », mentionne-t-elle.

Des nouveaux projets

« Mon côté artiste s’est très bien développé. Il faut maintenant que je travaille mon côté entrepreneur. Je souhaite développer de nouveaux projets et aussi le marketing. »

Parmi ses projets, elle compte développer des produits en collaboration avec des artisans rencontrés lors des différents salons, en plus de trouver des boutiques où vendre ses babillards. Elle fait également des démarches afin d’être reconnue par les Métiers d’art du Québec.

Marie-Claude Proulx a été sélectionnée pour participer au Marché Créafolie les 23 et 24 avril à Québec et au Marché Créatif du 30 avril au 1er mai à Montréal.

image