28 septembre 2015
Une émission qui change une vie
Par: Deux Rives
Tara Delorme et David Hurteau en compagnie de Chantal Lacroix quelques minutes avant le dévoilement des rénovations le 8 mai 2015. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Tara Delorme et David Hurteau en compagnie de Chantal Lacroix quelques minutes avant le dévoilement des rénovations le 8 mai 2015. | TC Média - Sarah-Eve Charland

La participation de la famille de Tara Delorme et David Hurteau à l’émission « On efface et on recommence » a changé leur vie quelques mois après la fin du tournage.

Le tournage s’est déroulé du mois d’avril à mai. L’émission a été diffusée sur les ondes de Canal Vie il y a deux semaines.

« C’était une très belle expérience remplie de rebondissements, de bons et de mauvais moments. On a reçu beaucoup d’amour et ça continue. Depuis la diffusion de l’émission, je reçois des messages de soutien tous les jours », affirme Tara.

La famille a dû passer à travers le deuil de leur fille cadette, âgée à l’époque de deux mois, décédée dans un accident de voiture à Châteauguay en 2013. Au printemps 2014, la famille a emménagé à Sorel-Tracy où vivent plusieurs de ses proches. Elle a acheté une petite maison dans le but de faire des rénovations. La charge était toutefois énorme, ce qui les a découragés.

L’équipe de Chantal Lacroix et de l’émission On efface et on recommence est venue à la rescousse de Tara et David.

La diffusion de l’émission a mis au grand jour leur drame. « On a eu tellement de douleur au moment de l’événement. C’est peut-être un peu égoïste, mais ça nous a permis de crier notre peine et de l’extérioriser », raconte Tara.

Des rénovations d’envergure

La famille avait demandé la rénovation du sous-sol lorsqu’elle a déposé sa candidature à l’émission. Au moment du dévoilement, l’équipe de Construction Ré-Cam avait fait des rénovations dans toutes les pièces de la maison.

Selon les estimations de la copropriétaire de Construction Ré-Cam, Carine Daneau, les coûts des travaux, en temps et en matériel, s’élèvent à plus de 150 000$. Une quarantaine d’entreprises et une soixantaine de personnes ont participé aux projets.

« J’ai vraiment adoré mon expérience. Sur le moment, je ne le réalisais pas. Je faisais tout simplement mon travail. Quand j’ai écouté l’émission, j’ai vu à quel point cela a enlevé un poids à la famille. C’est là que j’ai reçu ma paye », affirme Mme Daneau.

« David et moi, on est habituellement dans l’ombre. C’est difficile de recevoir autant. On voudrait tout redonner. C’est important pour nous de remercier chacune des personnes qui a contribué », ajoute-t-elle.

Un combat qui se poursuit

Des hauts et des bas ont peuplé les derniers mois de la famille. Le rapport du coroner sur l’accident qui a coûté la vie à leur fille, publié cet été, affirmait que l’installation d’un panneau d’arrêt aurait permis de l’éviter.

L’arrivée du petit nouveau-né dans la famille, Éthan, a apporté un vent de fraîcheur. Malgré tout, elle n’a pas encore réussi à tourner la page.

Elle compte entreprendre des démarches pour faire reconnaître David comme une victime de l’événement, ce qui n’est, pour le moment, pas reconnu par la Société d’assurance automobile (SAAQ) et la Commission de la santé et sécurité au travail (CSST).

image