1 octobre 2015
Une députée demande l’annulation du projet
Par: Sarah-Eve Charland
La députée de la CAQ, Chantal Soucy, remet en doute la rentabilité du projet du parc éolien de la MRC Pierre-De Saurel. | deposit photo

La députée de la CAQ, Chantal Soucy, remet en doute la rentabilité du projet du parc éolien de la MRC Pierre-De Saurel. | deposit photo

« Pouvons-nous savoir ce qu’attend le ministre de l’Énergie pour mettre un frein à la filière éolienne? », a questionné la députée de la Coalition avenir Québec (CAQ), Chantal Soucy, à l’Assemblée nationale, le 29 septembre. Elle y a dénoncé l’augmentation des coûts du projet de la MRC Pierre-De Saurel.

Publicité
Activer le son

La députée de Saint-Hyacinthe et porte-parole de la CAQ en matière d’énergie s’est intéressée au dossier lorsque des citoyens ont sonné à sa porte. Après avoir lu le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), elle soutient que ce projet ne sera pas rentable.

« Il y a des lacunes au niveau du processus, qui ont, notamment entraîné des pénalités de près de 500 000$. Les éoliennes ne sont pas rentables. Ça ne rapporte rien », affirme-t-elle en entrevue au Journal.

La question a été soulevée quelques jours après que les gestionnaires du projet aient annoncé le retard d’un an de la construction du parc éolien Pierre-De Saurel occasionnant des pénalités de 492 000$. Le coût total du projet s’élève maintenant à 70,6 M$. Il était estimé initialement à 68,9 M$.

En situation de surplus énergétique, Hydro-Québec n’est pas capable de revendre son électricité, mentionne-t-elle. « Ça ne fait qu’augmenter les tarifs pour l’ensemble des consommateurs. Je ne pense pas d’une façon régionale, mais d’une façon provinciale. »

Soit le gouvernement annule le projet, soit il se dépêche, demande la députée. « On ne peut pas avoir des pénalités encore une année. Il y a une limite à ce que les consommateurs peuvent payer. »

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a répondu à l’Assemblée nationale suivre de près le dossier. « L’éolien est encore une très bonne chose. On va devoir s’ajuster lors de notre prochaine politique énergétique. […] Au sujet du retard, je vais m’assurer auprès d’Hydro-Québec d’aller au fond des choses. »

Un projet non politisé

Le directeur général du parc éolien, Frédéric Tremblay, dénonce l’intervention de la députée qui remet en doute le projet.

« On déplore que la CAQ ait tenté de politiser le projet. On connaît la position de la CAQ sur l’énergie éolienne. Elle a utilisé ce prétexte pour s’y opposer. […] On n’a pas un mandat de refaire la politique énergétique. On a le mandat de réaliser un projet, confié en 2010, rentable pour les citoyens de la région », souligne-t-il.

Malgré trois études d’experts affirmant la rentabilité du projet, encore plusieurs personnes en doutent, déplore-t-il.

Les gestionnaires du parc éolien croient que le processus d’autorisation du ministère devrait se terminer bientôt. « On est rendu à la fin du processus. On s’attend à recevoir le certificat d’autorisation d’une semaine à l’autre. »

image