28 septembre 2021
Une course serrée pour le deuxième rang entre Rochefort et Caisse
Par: Jean-Philippe Morin

Nathalie Rochefort a tenu son rassemblement électoral au resto-bar L'Amuse-gueule de Pierreville, tandis que Yanick Caisse (PCC) l'a tenu au Salon de quilles Le 300 à Sorel-Tracy. Photos Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Nathalie Rochefort, du Parti libéral, a tout juste terminé au deuxième rang du scrutin dans Bécancour-Nicolet-Saurel avec 8451 voix (16,9 %), soit 47 de plus que le conservateur Yanick Caisse (8404 voix, 16,8 %), avec qui elle a livré une chaude lutte tout au long de la soirée électorale. Même qu’en fin de soirée, lundi, elle tirait de l’arrière, mais elle a devancé son opposant deux jours plus tard grâce aux votes par la poste.

Publicité
Activer le son

« Le deuxième ou le troisième rang, ça m’importait peu, indique Mme Rochefort. Ce qui était important pour moi, c’était d’avoir plus de votes qu’en 2019 [NDLR : elle en avait obtenu 9332]. Ça ne me faisait pas peur de finir troisième. L’histoire se souvient des premiers et des gens qui persévèrent. C’est mon cas. »

La directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie du Cœur-du-Québec est catégorique : elle se représentera pour une troisième fois comme candidate libérale lors de la prochaine élection fédérale.

« Il faut continuer de travailler pour les villages. Toutes les municipalités du comté ont besoin de nous. Je suis une fille tenace et de conviction, donc je serai là », souligne-t-elle, en félicitant Louis Plamondon pour sa victoire.

Nathalie Rochefort, se dit également « satisfaite, mais surtout soulagée » de la reconduction du Parti libéral au pouvoir.

« Si [les conservateurs avaient été amenés au pouvoir], ç’aurait été une catastrophe non seulement environnementale, mais aussi pour les humains. On n’est pas sortis de cette pandémie. Je parlais à des entrepreneurs et des citoyens et ils sont aussi soulagés que moi », explique Mme Rochefort.

De son côté, Yanick Caisse, du Parti conservateur du Canada, soutient avoir acquis de l’expérience dans cette campagne électorale qu’il qualifie de « spéciale » en raison de la pandémie.

« Je n’ai pas pu rencontrer autant de citoyens que je le voulais en raison de la pandémie. J’aurais aimé me faire plus connaître dans les régions de Bécancour et Nicolet. Malgré tout, j’ai appris beaucoup durant la campagne, qui était ma première », mentionne Yanick Caisse.

« Je n’écarte pas la possibilité de me représenter aux prochaines élections qui devraient arriver d’ici deux ans parce qu’on se retrouve encore avec un gouvernement minoritaire. Les gens vont devoir se demander s’ils ont vraiment gagné leur élection avec la victoire de Louis Plamondon », affirme-t-il.

« Au final, le seul gagnant c’est Justin Trudeau qui a été réélu dans cette campagne qui n’a servi à rien et qui a coûté beaucoup trop cher aux Canadiens », ajoute-t-il.

Advenant sa participation aux prochaines élections, M. Caisse admet que son équipe et lui devront travailler fort pour déloger M. Plamondon. « On devra convaincre que le comté doit changer. Ça n’a pas de sens de toujours être dans l’opposition. […] Le travail est toutefois déjà commencé, alors que plus de gens me connaissent et savent qu’ils peuvent compter sur moi pour bien les représenter », conclut-il, tout en félicitant Louis Plamondon d’avoir été réélu pour un 12e mandat consécutif.

Avec la collaboration d’Alexandre Brouillard

image