27 mars 2018
Pièce La Sainte Paix
Une comédie aux sous-entendus osés
Par: Julie Lambert

Les comédiens de La Doublure s'amuseront lors des quatre représentations de la pièce La Sainte Paix au café-théâtre Les Beaux Instants en avril. (Photo : Gracieuseté/Francine Lahaie)

Les comédiens de la troupe de théâtre soreloise La Doublure ont l’intention de ne rien laisser au hasard pour faire rire le public aux éclats lors des représentations de la pièce de La Sainte Paix. Sous-entendus osés et quiproquos divertiront les spectateurs présents, à 20h, au café-théâtre Les Beaux Instants les 6, 7, 13 et 14 avril.

La mise en scène est réalisée par Céline Angers. « Cela faisait quelques années que j’avais mis de côté cette passion-là. Je pensais que j’avais terminé, que je ne reviendrais plus en théâtre, mais la pièce de Gilles Latulippe m’était restée un peu à l’idée que j’aurais aimé la monter. C’est toute une pièce à double sens. Je suis revenue et avec un peu de recul, je me suis aperçue en la faisant que j’avais encore la même passion en dedans de moi », confie Mme Angers.

En septembre, elle s’est attelée à la tâche de trouver les comédiens, ce qui n’a pas été une mince affaire. Les auditions ont été faites à l’automne, mais le groupe a pris du temps à se former. Elle a toutefois réussi à compléter l’équipe de huit comédiens après la période des Fêtes en décembre. La troupe est composée de Laurie-Kim Niquette, Serge Beaufort, Paul-André Beaufort, Symon Angers, David Tessier, Maryse Arseneault, Lise Metshu Gaucher et Audrey Angers.

Laurie-Kim Niquette n’était pas remontée sur les planches pour un rôle au théâtre depuis ses études au secondaire. « Je trouvais que c’était un bon timing pour me trouver un nouveau hobby et par le fait même de redécouvrir le théâtre. À force d’aller aux répétitions, j’ai moi aussi retrouvé le plaisir à le faire et je vais continuer à le faire », assure la jeune maman.

Son ami Symon Angers, qui est également le neveu de la metteure en scène, était content de participer à ce projet puisque l’histoire de la pièce le rejoignait. « Il y a beaucoup de pièces qui sont choquantes ou tristes. J’aime ça rire et je trouve cela drôle quand la pièce est comique. On a réussi à me convaincre. Il y a eu des auditions et j’ai été pris. C’est une maudite bonne chose! », dit-il avec un sourire.

Malaises, quiproquos et sous-entendus

L’histoire est celle d’un homme veuf et antiquaire, Roméo Phaneuf. Ce dernier aimerait épouser une femme hautaine, Germaine, mais son fils Pierre l’empêche de le faire. En effet, Germaine aimerait que ce coureur de jupons se range rapidement avant de convoler en justes noces. Son père Roméo fera appel à une agence de rencontres pour trouver une fiancée à son fils, mais ses plans seront toutefois contrecarrés par un de ses employés qui mettra Pierre au courant du stratagème de son père. Décidés à déjouer les plans de Roméo, les deux complices feront appel à des prostituées pour remplacer les filles de l’agence de rencontres.

Laurie-Kim Niquette interprètera le rôle d’une des prostituées. « Je suis là en tant que prostituée, mais le prêtre attend une bénévole pour l’aider dans son travail. Cela crée pas mal de quiproquos et de malentendus et de sous-entendus. On utilise les mêmes mots, mais on ne parle du même sujet », rigole la comédienne.

« Quand c’est une pièce dramatique, il faut que l’émotion passe dans les textes. Pour ce genre de pièce de M. Latulippe, il faut avoir un bon timing entre le jeu des acteurs et les jeux de mots. C’est sur quoi on a travaillé le plus fort », souligne Céline Angers qui croit que les représentations plairont à tout le monde.

Pour des informations, les gens peuvent se rendre sur la page de l’événement Facebook La Sainte Paix. Les billets sont disponibles en ligne au www.lepointdevente.com, à la librairie Wilkie, chez Nathaly Tricot Lacasse, auprès des comédiens et à la porte les soirs des représentations.

image