29 août 2016
Une année de défis pour Claudine Lachapelle
Par: Sarah-Eve Charland
La directrice générale de la Commission scolaire de Sorel-Tracy, Claudine Lachapelle. | Photo: TC Média – Sarah-Eve Charland

La directrice générale de la Commission scolaire de Sorel-Tracy, Claudine Lachapelle. | Photo: TC Média – Sarah-Eve Charland

Les nombreux défis de la Commission scolaire de Sorel-Tracy (CS) ne semblent pas faire peur à sa nouvelle directrice générale, Claudine Lachapelle, qui compte bien mettre l’élève au centre de chacune de ses décisions.

Mme Lachapelle a officiellement pris la relève de Michel Lefebvre le 31 juillet. Avant d’aménager dans la région, elle travaillait comme directrice des Services éducatifs à la Commission scolaire du Lac-Abitibi.

En entrevue, elle dit continuer plusieurs dossiers déjà en marche, mais tout en y ajoutant sa couleur pédagogique. Ayant pour objectif la réussite de ses élèves, elle compte s’attaquer, notamment, au taux de décrochage.

« On veut créer une collaboration plus soutenue entre le secteur jeune et la formation professionnelle, ainsi que la formation des adultes pour trouver des passerelles intéressantes. Cela permettrait aux jeunes de 15 ans d’aller chercher des compétences en formation professionnelle et d’inciter les potentiels décrocheurs, en secondaire trois, à poursuivre leurs études », explique Mme Lachapelle.

Elle souhaite aussi mettre sur pied une analyse en profondeur des résultats des élèves et du taux de diplomation « Ça demande du temps. On ne peut pas passer à côté. On veut savoir pourquoi on réussit à certains endroits et pourquoi on ne réussit pas à d’autres endroits. Si on veut trouver des solutions pour améliorer nos résultats, il faut passer par là. »

Se diriger vers la technologie

Pour la nouvelle directrice générale, il est important que la CS se dote d’une vision claire de l’utilisation de la technologie dans le programme éducatif.

« Il faut préparer les élèves à des métiers qui n’existent pas encore. On est dans un monde technologique qui avance très rapidement. Le monde industriel évolue aussi rapidement. Pour moi, il est certain que les élèves doivent avoir une préparation en lien avec les technologies », ajoute-t-elle.

La Commission scolaire de Sorel-Tracy est sur la bonne voie, dit-elle, notamment avec le début du déploiement des iPad.

« Que ce soit les iPad, les ordinateurs ou la recherche, les enseignants ont tout avantage de travailler en pédagogie inversée. Ça peut aussi se traduire par le soutien de certains élèves. On doit s’approprier et se questionner sur l’utilisation de la technologie en éducation. »

Contexte budgétaire

Elle croit qu’il est possible de développer des projets sans ignorer le contexte budgétaire serré. Le budget 2016-2017 sera à l’image de l’année dernière, qui a été compressé à la hauteur de 2,3 M$.

« Tout ça doit se faire dans une gestion financière efficace. On peut avoir beaucoup de projets, mais on doit se questionner si cela respecte nos choix et les orientations prises dans ce plan de redressement budgétaire. »

L’année en cours sera la dernière du plan de redressement budgétaire ayant pour objectif d’atteindre l’équilibre budgétaire. Le budget, déposé en juin dernier, devrait se solder avec un léger déficit de 272 000$.

image