13 novembre 2019
Malgré le manque d'électricité pendant deux jours la semaine dernière
Un vent de solidarité pour aider Océanne à rester à la maison
Par: Katy Desrosiers

Océanne Vachon a pu rester chez elle avec ses parents Julie Caplette et Stéphane Vachon, grâce à la solidarité de la communauté. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

Stéphane Vachon et Julie Caplette ont été privés d’électricité toute la fin de semaine du 2 novembre, comme la majorité des résidents de la région. La seule différence est que leur fille Océanne Vachon, atteinte du Syndrome d’Aicardi, est en fauteuil roulant et requiert le support de dizaines d’appareils pour pouvoir vivre. Grâce à une vague de solidarité, ils ont pu demeurer dans leur maison et assurer la sécurité d’Océanne.

Publicité
Activer le son

« On a réalisé à quel point c’est fragile l’équilibre à la maison. On a déjà vécu des pannes, mais la plus longue avait été de 10 heures », souligne la maman d’Océanne.

L’électricité a leur a été coupée pendant près de 50 heures. Il est plus sécuritaire pour Océanne d’être traitée à la maison, puisqu’elle est trop vulnérable aux différents microbes.

La nuit, Stéphane Vachon demeurait éveillé aux côtés de sa fille dans le salon. « Pendant deux jours, elle n’a pas pu être sur l’oxygène à cause du foyer. Je devais la saturer la nuit et maintenir une chaleur. Une panne, c’est romantique le premier soir, mais quand t’as un enfant malade, ce n’est pas romantique, ton cerveau pense à long terme », explique M. Vachon.

Le couple a compris que la panne était majeure quand le CLSC a appelé le samedi pour proposer d’ouvrir des locaux pour accueillir leur fille.

Par la suite, plusieurs personnes se sont mobilisées pour les aider. La plupart des appareils qu’ils possèdent ont des batteries, mais leur autonomie n’est que de quelques heures. Il fallait trouver une source d’énergie pour les recharger.

Pendant que Mme Caplette était en communication avec le 911, puis avec les pompiers de Sorel-Tracy, M. Vachon a été contacté par son ami Symon Juteau de chez Boulevard Musique. Après lui avoir expliqué la situation, M. Juteau est allé chercher la génératrice du magasin. Cette génératrice, il s’agissait de celle du maire Serge Péloquin. « Il [le maire] avait demandé la génératrice à son garçon Olivier, il se demandait où elle était. Quand il lui a dit que je l’avais à la maison pour Océanne, il a voulu que je la garde. […] J’étais un peu mal à l’aise. Ça reste qu’il n’est pas obligé de faire ça », souligne M. Vachon.

En même temps, un autre ami, Michel Jeannotte, lui a apporté une seconde génératrice. Le couple a donc pu recharger quelques appareils.

Des parents reconnaissants

Stéphane Vachon et Julie Caplette sont étonnés du support qu’ils ont obtenu pour les aider à garder leur fille à la maison. « Les gens ont été très très réceptifs et très très généreux », souligne Mme Caplette en racontant l’aide apportée par la répartitrice au 911 et Roger Lamanque du Service de protection et d’intervention d’urgence de la Ville de Sorel-Tracy.

M. Vachon explique que plusieurs amis, collègues de travail et même de simples connaissances se sont proposés pour les accueillir, recharger des appareils et se doucher. « C’est de voir l’amitié de mes amis qui sont venus cogner à la maison, parce qu’à un moment, tu n’as plus de cellulaire. De voir l’entraide qui s’est organisée avec la situation », ajoute sa femme.

Aussi, avec une courte publication faite sur les réseaux sociaux pour remercier des gens, le père d’Océanne s’est aperçu qu’ils avaient autour d’eux une communauté tissée serrée. « On est mal fait, on ne demande jamais d’aide. […] De voir qu’avec un petit post, il y a plein de monde autour de toi. Les gens s’entraident. Je trouve ça beau », avoue M. Vachon.

Quelques jours après la panne majeure, le couple songe déjà à faire venir un électricien afin de faire installer un système d’urgence pour être mieux préparés si la situation devait se reproduire.

image