20 octobre 2017
Un Sainte-Annois a écrit la télésérie « Le Siège » à Radio-Canada
Par: Sarah Elisabeth Aubry
L’auteur Pierre-Marc Drouin est de Sainte-Anne-de-Sorel. |  © Photo : Josée Lecompte

L’auteur Pierre-Marc Drouin est de Sainte-Anne-de-Sorel. | © Photo : Josée Lecompte

Un auteur et réalisateur de Sainte-Anne-de-Sorel, Pierre-Marc Drouin, a le vent dans les voiles, puisqu’il enchaîne projet après projet. Le diplômé du Cégep de Sorel-Tracy a écrit une nouvelle télésérie dramatique qui pourrait faire décoller sa carrière.

L’auteur de 32 ans dévoile avoir consacré six ans à l’écriture de la télésérie « Le Siège » qui est diffusée en primeur sur les ondes de ICI ARTV dès le 21 octobre. ICI RADIO-CANADA TÉLÉ la diffusera à partir du 6 novembre. Les comédiens Gilles Renaud, Alexandre Goyette et Denise Bouchard y sont en vedette.

M. Drouin a dû faire beaucoup de réécriture et couper des personnages. « J’ai un petit stress, puisqu’il s’agit de la première grosse série que j’écris seul et que tous les textes viennent de moi. C’est une grosse porte d’entrée. Je tombe dans les ligues majeures à plusieurs niveaux dans mon domaine. Donc si je n’entre pas bien, ça va me rester dans la face. Si je rentre bien, ça va m’ouvrir plein de portes. C’est clair que c’est un jalon important dans ma carrière », fait-il part.

La série à suspense amènera l’auditoire à plonger dans l’intrigue qui touche à des thèmes préoccupants tels que la politique, le lobbying, la réalité des Acadiens, etc.

Inspiré de Sorel-Tracy

Il s’agit d’une coproduction en majorité acadienne et en minorité québécoise qui permettra à l’auditoire de découvrir des comédiens provenant de cette région. L’histoire se passe dans une ville néo-brunswickoise où une usine de thermoformage est appelée à fermer et à déménager d’emplacement. Les travailleurs entament leurs manifestations et démontrent leur mécontentement face à la situation, ce qui mène à une prise d’otage des patrons de l’entreprise.

L’idée d’écrire cette série lui est venue lorsque l’entreprise QIT, il y a quelques années, était menacée de fermeture en raison des conventions collectives.

« Sorel aurait pu devenir une ville fantôme. L’idée que ça ferme m’a fait capoté et ça m’a rentré dedans à penser de tout laisser derrière moi. C’est resté en dedans de moi cette histoire-là », aborde-t-il.

Son inspiration pour la série provient aussi du printemps érable lors des manifestations et de son implication à travers ce mouvement. « Ça m’a donné envie de faire un show télé où je prendrais une prise sociale et je la ramènerais au niveau des gens », explique-t-il, lui qui décrit sa série comme « une crise sociale totale vue sous plusieurs angles ».

Son parcours

Pierre-Marc Drouin a étudié à l’Université Concordia en cinématographie et a commencé à investir son énergie dans diverses sphères. Le Sainte-Annois a publié deux romans Si la tendance se maintient en 2010 et Mile End Stories en 2011.

En plus d’avoir écrit deux romans chez Québec Amérique, l’auteur s’est lancé dans la composition pour le théâtre, puis a fait des textes pour une websérie Thomas est nerveux en 2015. Il s’est penché sur la réalisation de courts métrages et dans l’écriture pour deux épisodes de Max et Livia sur les ondes de Vrak.

Pierre-Marc Drouin se considère lui-même chanceux du parcours qu’il a fait jusqu’à présent. « C’est ma plus grande fierté en tant qu’auteur qu’il n’y a pas rien à part des paroles de chansons que je n’ai pas écrites », formule-t-il.

image