13 janvier 2017
Un Saint-Oursois obtient un essai avec l’Olympique de Marseille
Par: Deux Rives
Le Saint-Oursois est âgé de 18 ans. | Kevin Mesa

Le Saint-Oursois est âgé de 18 ans. | Kevin Mesa

Antoine Laperle en action avec son équipe d'Europe. | Kevin Mesa

Antoine Laperle en action avec son équipe d'Europe. | Kevin Mesa

Antoine Laperle en action avec son équipe d'Europe. | Kevin Mesa

Antoine Laperle en action avec son équipe d'Europe. | Kevin Mesa

Antoine Laperle en action avec son équipe d'Europe. | Kevin Mesa

Antoine Laperle en action avec son équipe d'Europe. | Kevin Mesa

Le joueur de soccer Antoine Laperle a obtenu deux essais avec des équipes professionnelles en division 1 depuis qu’il roule sa bosse dans les championnats de soccer français.

« Un de mes entraîneurs voyait que ça allait bien, il m’a recommandé pour que j’aie un essai avec Saint-Étienne et l’Olympique de Marseille, là où Didier Drogba a joué plus tôt dans sa carrière », confie Antoine Laperle.

Le résultat de ces essais a été positif, selon lui. Les deux clubs auraient eu d’excellents commentaires à son sujet, mentionnant qu’il était de même calibre que les partants.

« Ici, la règle est simple. Tu te dois absolument d’être supérieur aux partants pour te tailler un poste. Sinon, ils gardent leur valeur sûre, et je respecte ça », admet le joueur de soccer.

Saint-Étienne lui serait venu en aide en le référant à des clubs de 2e division plus près d’eux, afin de mieux l’observer.

Son parcours

Le jeune homme originaire de Saint-Ours a quitté la maison familiale vers l’âge de 12 ans avec son aîné pour s’établir à Longueuil afin de fréquenter le Collège Français et ainsi améliorer ses chances de se faire remarquer.

« Mon frère Jonathan est celui qui m’a initié au soccer et qui m’inspirait lorsque j’étais plus jeune », assure-t-il, fièrement.

Antoine vient donc d’une famille de prodiges, alors que son frère Jonathan est un flûtiste de renommée dans la région et que son frère Philippe étudie en psychologie.

« Ce qui est bien de notre famille, c’est que tout le monde a percé dans son domaine à sa manière. Autant les enfants que nos parents », raconte-t-il.

À l’âge de 16 ans, alors qu’il jouait dans la catégorie AAA, l’athlète a ressenti un blocage dans son évolution et ses occasions de percer au Québec. C’est à ce moment qu’il a décidé de remplir son baluchon et de s’exiler sur le vieux continent pour continuer sa carrière.

Depuis ce jour, le garçon fait ses classes dans des clubs français semi-professionnels. Il joue pour le moment pour la formation de Cannet-Rocheville, en CFA 2.

Une question de temps

Antoine se considère déjà extrêmement choyé par la vie de gagner de l’argent en réalisant son rêve. Il se donne jusqu’à la fin mai pour intégrer une équipe professionnelle, même s’il est conscient qu’il est encore très jeune, âgé de seulement 18 ans.

« À court terme, je me concentre à obtenir un poste titulaire dans mon équipe de Cannet-Rocheville et à finir mes études au Cégep à distance », indique-t-il.

Même s’il est installé en Europe depuis deux ans et demi, Antoine Laperle admet avoir eu de la difficulté à s’adapter à son nouveau chez-lui.

« J’ai vécu tout un choc culturel. Au Québec, les gens sont chaleureux et ouverts d’esprit. Ici, il est beaucoup question de l’image, prétend-il. C’est pourquoi j’ai toujours hâte de revenir au début de l’été et durant le temps des Fêtes. »

Il confirme qu’il n’a aucun problème à rester lui-même. Il ne ressent d’ailleurs aucun besoin d’être ou de faire comme les autres.

image