13 avril 2021
Il fréquentait l’organisme où il aurait commis son méfait
Un récidiviste des introductions par effraction de nouveau arrêté
Par: Jean-Philippe Morin

Un habitué des introductions par effraction dans les commerces a de nouveau été arrêté le 12 avril pour la même raison à Sorel-Tracy. Photothèque | Les 2 Rives ©

Jean-François Beauchemin, 41 ans, a été arrêté en lien avec une introduction par effraction survenue le samedi 10 avril à la Porte du Passant, à Sorel-Tracy.

Publicité
Activer le son

L’homme a été arrêté le lundi 12 avril, puis a comparu le lendemain au palais de justice de Sorel-Tracy pour faire face à des chefs d’accusation d’introduction par effraction, vol et méfaits.

Le suspect se serait introduit par effraction dans l’établissement de la rue Phipps pour y voler de l’équipement électronique et de l’argent. Selon nos informations, il fréquentait cet organisme communautaire.

En plus des démarches d’enquête effectuées, un policier de la Sûreté du Québec (SQ) de la MRC de Pierre-De Saurel a pu reconnaître le suspect sur les caméras de surveillance et ainsi l’identifier. Une perquisition a également eu lieu dans une résidence où certains objets volés ont été saisis.

Il est demeuré détenu après sa comparution et sera de retour au tribunal le 23 avril pour la suite des procédures.

Rappelons que tout évènement suspect ou acte criminel peut être communiqué, de façon confidentielle, à la Centrale de l’information criminelle de la SQ au 1 800 659-4264.

Pas une première

En août 2017, Jean-François Beauchemin avait écopé de cinq ans de prison pour avoir commis 13 introductions par effraction dans des commerces. Il avait, à ce moment, plaidé coupable à 19 chefs d’accusation, dont incendie criminel, fuite, bris d’engagement et plusieurs introductions par effraction.

Il avait auparavant purgé une peine de prison de quatre ans pour avoir commis 15 autres introductions par effraction dans des commerces.

Jean-François Beauchemin était sorti du centre de détention en 2016, mais quelques mois plus tard, il était arrêté de nouveau. Il s’était enfui des policiers après avoir été intercepté pour une vérification d’immatriculation. Lorsque les policiers l’ont arrêté, il a avoué être relié à l’incendie d’une remorque.

Il avait été remis en liberté à l’époque. Il a suivi une thérapie de six mois, mais près d’un an plus tard, il a été intercepté au volant d’une bicyclette non conforme vers 3 h du matin. Les policiers ont découvert dans son sac à dos plusieurs outils de cambriolage, comme un pied de biche, des pinces, un cache-cou et un chandail de type kangourou.

image