19 septembre 2016
Un rassemblement qui fait jaser à Sainte-Anne-de-Sorel
Par: Sarah-Eve Charland
Les organisateurs se sont montrés satisfaits de l’événement | Gracieuseté

Les organisateurs se sont montrés satisfaits de l’événement | Gracieuseté

Les organisateurs du Party de la baie de l’île de Grâce n’ont pas lésiné sur les efforts pour réduire l’impact écologique de leur rassemblement annuel le 3 septembre dernier. Cette une édition s’est avéré, une fois de plus, un succès pour les organisateurs.

L’événement a été créé en 2009 par Éric Gasse et Patrick Salvail. Depuis, le rassemblement est devenue une tradition dans la région. En 2015, Alain Ste-Croix a repris les rênes de l’événement.

Cette année, près de 500 bateaux se sont regroupés à cet endroit selon les photos aériennes prises par les organisateurs. Ils estiment que près de 2500 personnes ont participé à l’événement. Le DJ Gabriel Bélair a animé durant toute la journée.

« Tout s’est très bien passé. On est toujours aussi surpris de voir autant de monde. Je crois que c’est le plus gros rassemblement de ce genre au Québec », croit-il.

Au lendemain de l’édition 2015, il a constaté l’ampleur des dégâts. Canettes, bouteilles de bière et mégots de cigarettes ont pollué la baie.

« On n’avait pas pensé à ça. C’était atroce. De notre côté, on ne jette rien dans l’eau. On a pris pour acquis que tout le monde faisait aussi ça. On a eu beaucoup de commentaires et avec raison », se rappelle M. Ste-Croix.

Il s’est juré de ne pas répéter la même erreur. En plus de la sensibilisation sur les réseaux sociaux, trois équipes de bénévoles se sont promenées le 4 septembre pour récolter les déchets. La compagnie EcoZone B.V.Q, de Berthierville, s’est également portée volontaire pour nettoyer la baie gratuitement.

Le maire de Sainte-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin, avait manifesté des inquiétudes quelques jours avant l’événement. Il a toutefois été agréablement surpris du résultat.

« Je me suis promené dimanche en après-midi. C’était impeccable. D’après ce qu’on m’avait conté l’année dernière, c’était épouvantable. J’ai été impressionné positivement par l’organisation », mentionne-t-il.

Une situation déplorée

Des agents d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) se sont rendus sur les lieux quatre jours après l’événement pour effectuer une inspection en lien avec la loi sur les pêches et ses dispositions relatives à la prévention de la pollution.

« Les éléments observés sur le site nous amènent à conclure que la loi, et ses dispositions appliquées par ECCC, n’a pas été enfreinte. Bien que cette situation soit déplorable, la loi limite nos actions pour cet événement », affirme le porte-parole du ministère, Sébastien Gauthier.

image