27 mai 2021
Un projet de loi mené par le Bloc Québécois franchit une nouvelle étape
Par: Jean-Philippe Morin

Louis Plamondon se réjouit que le projet de loi visant à faire passer de 15 à 50 semaines les prestations de maladie de l’assurance-emploi ait franchi une nouvelle étape. Photothèque | Les 2 Rives ©

La Chambre des communes s’est prononcée en faveur de l’étude du projet de loi Émilie Sansfaçon en comité parlementaire, étape cruciale à l’adoption finale de la proposition du Bloc Québécois.

Publicité
Activer le son

Ce projet de loi vise à faire passer de 15 à 50 semaines les prestations de maladie de l’assurance-emploi. S’il porte le nom d’Émilie Sansfaçon, c’est en hommage posthume à cette jeune mère de famille qui est partie bien trop tôt et qui a mené avec force le combat politique de celles et ceux qui vivent avec la maladie. Ce combat fut initié par Marie-Hélène Dubé, fondatrice de la campagne « 15 semaines », qui réclame une telle réforme depuis 2009.

« Le gouvernement libéral sait lui-même que le rétablissement d’une personne malade se situe en moyenne à 37 semaines. Il sait aussi qu’on a les moyens de se doter d’un programme d’assurance-emploi qui répond aux besoins des travailleurs malades. Présentement, c’est complètement insensé de n’offrir que 15 semaines de prestations à ceux qui combattent une maladie comme le cancer. On place ces travailleurs dans la précarité et l’anxiété; mes collègues et moi voulons permettre aux gens de se soigner dans la dignité », a expliqué le député Louis Plamondon.

Le Bloc Québécois a fait adopter à la Chambre des communes, en février 2020, une motion qui visait à faire passer de 15 à 50 semaines ce type de prestation. Seuls les députés libéraux se sont opposés à cette proposition. « J’ai bon espoir que le bon sens triomphera et je tends la main à tous les députés pour aller de l’avant en toute solidarité avec les travailleurs malades », a conclu le député de Bécancour–Nicolet–Saurel.

image