7 juin 2018
Un projet de loi consolide des emplois chez Alstom
Par: Sarah-Eve Charland

La deuxième phase de construction du Métro de Montréal reprendra. (Photo : Archives)

Le projet de loi assurant le maintien de la deuxième phase de la production des trains Azur pour le Métro de Montréal, dont une partie de la fabrication sera réalisée chez Alstom à Sorel-Tracy, a été adopté à l’unanimité le 6 juin à l’Assemblée générale.

Publicité
Activer le son

Cette nouvelle permettra de consolider près de 70 emplois chez Alstom à Sorel-Tracy. Des emplois sont aussi assurés à l’usine de Bombardier à La Pocatière.

Le député de Richelieu, Sylvain Rochon, s’est réjoui de l’adoption du projet de loi. Dès qu’il a eu vent que la deuxième phase risquait de ne pas se réaliser, il a interpellé le député libéral de la circonscription de Côte-du-Sud, Norbert Morin, afin de trouver une solution, assure-t-il.

« Je n’ai pas pensé à faire de la politique partisane, j’ai pensé à aller voir mon collègue libéral. Je lui ai dit qu’il fallait travailler ensemble. Si cela s’avérait, l’impact serait majeur à Sorel-Tracy et à La Pocatière », raconte M. Rochon.

Ce dernier aurait aussi apprécié qu’un amendement soit adopté au projet de loi. Cet amendement exigeait une garantie sur le pourcentage des travaux réalisés par Alstom à Sorel-Tracy, soit le même qu’à la première phase.

« Cela dit, je suis confiant que va se poursuivre à Sorel-Tracy la construction des voitures du métro de Montréal. L’incertitude, qui était très difficile à vivre par les travailleurs, est maintenant levée », croit-il.

La responsable des communications chez Alstom, Marilena Varano, a aussi applaudi l’adoption du projet de loi.

« Alstom a déployé tous les efforts nécessaires pour maintenir les emplois technologiques et industriels à notre site de Sorel-Tracy. […] Il est évident qu’une nouvelle commande pour acquérir des voitures additionnelles pour le Métro de Montréal aidera Alstom à sécuriser ces emplois chers à la région et au Québec », mentionne-t-elle.

Elle ajoute que le transfert de certains mandats de projet de Santiago – Chili et d’autres projets américains permettront également de maintenir les emplois.

De son côté, le président du Syndicat des travailleurs d’Alstom transport, Francis Demers, est satisfait de voir la mobilisation politique et syndicale. « Je suis content que le projet de loi ait été adopté avant la fin de la session parlementaire. Entre les deux phases, il risque tout de même d’y avoir un temps mort à l’usine, mais notre employeur m’a garanti qu’il allait garder tous les emplois. Il veut garder l’expertise ici. C’est nous autres les meilleurs soudeurs au monde », conclut-il.

Le contrat des trains a été octroyé il y a quatre ans. La commande a été, par la suite, repoussée jusqu’en 2036 par la Société du transport de Montréal (STM). Ce contrat vise à remplacer les trains du métro de Montréal qui ont été construits dans les années 1970.

image