16 mars 2021
Décès de Jacques Champagne à l’âge de 91 ans
Un pionnier de l’activité physique n’est plus
Par: Jean-Philippe Morin

Jacques Champagne est décédé le 6 mars à l’âge de 91 ans. Photo gracieuseté

L’ex-physiothérapeute et judoka Jacques Champagne a été l’un des premiers dans la région de Sorel à promouvoir l’activité physique. L’homme est décédé le 6 mars dernier, quelques jours avant son 92e anniversaire.

Publicité
Activer le son

En plus d’avoir opéré une école de judo pendant 16 ans, Jacques Champagne était le seul physiothérapeute de la région à une certaine époque. Il a commencé sa carrière avec le réputé chirurgien Dr Georges Montel et il a soigné pendant longtemps le fils de Ludger Simard, Yvon, qui souffrait de paralysie cérébrale.

M. Champagne a construit sa clinique et son gymnase en 1962, sur l’avenue de l’Hôtel-Dieu. La Clinique de physiothérapie Champagne y est toujours aujourd’hui. Jacques Champagne l’avait vendue à une de ses employées, Line Labrecque, en 2018.

En compagnie de Bob Éthier, qui a une statue à son effigie à l’entrée du Colisée Cardin, il a été dans les premiers à promouvoir le conditionnement physique dans la région. D’ailleurs, l’une des dernières apparitions publiques de Jacques Champagne était lors de l’inauguration de cette statue, en 2018.

En compagnie de Bernard Turcotte, il a été le premier à organiser une course à pied à Sorel. Une trentaine de coureurs ont participé à ce 5 km à l’intérieur du Carré Royal.

Un homme actif

En plus de s’entraîner souvent à son gymnase, Jacques Champagne pratiquait le ski de fond et le golf. Au cours de sa vie, il a été boxeur, joueur de hockey, de football, de baseball et coureur. Il a aussi obtenu une ceinture noire en judo.

Lors de son intronisation au Panthéon des sports de Sorel-Tracy en 2010, son bon ami Jean Desrochers, aujourd’hui âgé de 89 ans, le décrivait comme un aimant de la vie qui adorait bouger.

« Selon Jacques, le secret pour garder la forme à tout âge : aimer la vie, bouger, bien gérer ses émotions et bien s’alimenter », a indiqué M. Desrochers lors du discours d’intronisation.

« D’après Jacques, il est possible et réaliste de s’entraîner toute sa vie. Ce qui est regrettable, ce sont les gens qui s’écrasent après leur retraite et ne bougent plus. Il est toujours possible de rattraper le temps perdu en choisissant une activité physique qui nous plait et qui nous convient », a-t-il ajouté.

La perte d’un ami

M. Desrochers connaissait bien Jacques Champagne. Appelé à commenter son départ, l’homme de 89 ans s’est dit attristé par la nouvelle.

« On s’était perdu de vue dans les dernières, mais Jacques et moi étions de bons amis. On avait à peu près le même âge, on s’entendait bien. On s’est connus à son gymnase, on aimait bouger tous les deux. On faisait du ski de fond et on jouait au hockey ensemble. Il adorait jouer au golf, il jouait neuf trous chaque jour », se souvient-il.

« C’était une personne timide, mais aimable avec tout le monde, poursuit Jean Desrochers. Il a aidé beaucoup de monde à s’entraîner dans son gymnase. Il prenait soin de sa santé et de ce qu’il mangeait, mais il prenait soin des autres aussi. »

Une cérémonie d’adieu publique aura lieu lorsque les directives de la Santé publique permettront un plus grand nombre d’invités.

image