16 mars 2016
Un pas de plus vient d’être franchi pour l’Écomonde du lac Saint-Pierre
Par: Julie Lambert
Les promoteurs de l’Écomonde pourront commencer les travaux sur le quai no 2 après le cautionnement de la Ville de sa marge de crédit. | Photo : Gracieuseté

Les promoteurs de l’Écomonde pourront commencer les travaux sur le quai no 2 après le cautionnement de la Ville de sa marge de crédit. | Photo : Gracieuseté

Le projet de l’Écomonde du lac Saint-Pierre vient de franchir une nouvelle étape grâce à la Ville de Sorel-Tracy. À la demande de ses administrateurs, le conseil a accepté de cautionner leur emprunt de 4,2 M$ afin de mettre le projet en branle.

Publicité
Activer le son

Le Regroupement indépendant pour la relance économique de Sorel-Tracy (RIRÉRST), promoteur du projet, a accéléré la cadence dans le cadre de la réalisation de ce complexe récréotouristique.

Après l’embauche d’un expert-conseil, elle a demandé au conseil de Ville de Sorel-Tracy de cautionner une marge de crédit temporaire valide jusqu’au 31 mars 2018, au montant de 4 258 200$.

Cette somme comprend la subvention de 2,9 M$ à être versée par Tourisme Québec, le prêt de 1,3 M$ contracté par le RIRÉRST et l’engagement financier de 1 M$ versé par la municipalité. Le reste du financement du projet, estimé à 10 M$, provient de la subvention de 4,9 M$ de Transport Canada.

Cette décision permettra aux promoteurs d’aller de l’avant, se réjouit le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

« C’est une procédure normale. Nous avons cautionné de nombreux projets comme le marché Richelieu, la Marina et le nouveau bâtiment d’Alstom. Il faut faire ça parce que les subventions ne sont données qu’une fois les projets complétés », explique le maire.

Dissidence au conseil

Lors de l’adoption de la demande d’autorisation, la conseillère municipale, Sophie Chevalier, a demandé le vote. Elle a été la seule à voter contre cette caution. Mme Chevalier était en désaccord avec ses collègues puisqu’elle avait certaines inquiétudes sur le remboursement d’une partie du montant, soit le 1,3 M$ contracté par le RIRÉRST.

« À ce stade-ci, il m’apparaît risqué de cautionner un projet quand on ne connaît pas encore le produit. Pour chacune des subventions accordées, on demande aux organismes un budget prévisionnel et de répondre à plusieurs critères. Je suis frileuse, mais pas envers le projet. J’y crois, cela sera un moteur pour notre économie. »

S’il respecte le choix de Mme Chevalier, le maire Péloquin souligne que les conseillers ont reçu depuis plusieurs semaines les documents, les plans et les prévisions de l’organisme sur le projet.

Le conseil a comme responsabilité de faire avancer les choses, souligne-t-il, et le cautionnement de la marge de crédit sert à cela. « C’est un projet de qualité que l’on présente aux gens. C’est un des plus gros en voie de réalisation en Montérégie. On ne met aucun sou de plus que le million prévu. Le RIRÉRST est responsable des prêts. »

Le montant de 1,3 M$ servira à la construction du bâtiment d’accueil comprenant les commodités tout comme à l’achat d’équipement pour cette installation, assure le maire Péloquin.

« Mme Chevalier craint qu’il n’y ait pas assez de garanties. 100% du montant sera investi sur le quai et pour son aménagement. Ces améliorations restent à nous et serviront à nos citoyens. Ce sera un lieu public, un bien collectif qui servira au développement de notre région », conclut le maire.

image