27 avril 2016
Un nouveau centre équestre ouvre ses portes à Contrecœur
Par: Louise Grégoire-Racicot
Apprivoiser son cheval est un grand plaisir. | Photo: TC Média – gracieuseté/Katerine Collette)

Apprivoiser son cheval est un grand plaisir. | Photo: TC Média – gracieuseté/Katerine Collette)

Katerine Collette adore les chevaux. Elle a appris à les monter toute jeune. Le sien a maintenant 17 ans. Elle vient tout juste de fonder « Centre équestre Contrecœur », ce qui lui permet de partager sa passion des chevaux et ainsi se donner les moyens de garder son écurie.

« Je n’avais pas planifié avoir plus de six chevaux, mais au fil des ans, je trouvais toujours de la place pour en ajouter un autre. » De fait, elle en a acheté sept autres.

Il lui a fallu deux ans pour imaginer et organiser son centre familial où elle reçoit des gens de tous les âges que les chevaux attirent sur la terre où, elle-même vit depuis 15 ans, au 3744, rang du Brûlé à Contrecœur.

Elle y dispense des cours, tient cet été des camps de jours, garde des chevaux en pension, aide des gens à trouver la bête qui leur conviendra le mieux, organise des fêtes et initie même ceux qui craignent les chevaux à les approcher en toute sécurité.

Chaque cheval a sa personnalité, dit-elle. « Mais comme ils ne parlent pas, souvent les gens qui les achètent ne connaissent pas vraiment leur histoire, les traumatismes subis qui affecteraient leur comportement », explique-t-elle. Ce n’est qu’après avoir observé leur comportement que l’on peut déterminer comment approcher la bête.

Des cours d’équitation classique

Au centre, Mme Collette a choisi d’enseigner l’équitation classique et non western, spécifie-t-elle, où les cavaliers y apprennent notamment le saut d’obstacles.

« Je suis la seule à enseigner cette façon de monter entre Sorel et Boucherville. En Europe, les cavaliers sont friands de cette discipline, plus sportive. Ce qui n’empêche pas de monter pour la promenade », spécifie-t-elle.

Même les très jeunes débutants (4 à 6 ans) apprécient, dit-elle. Elle-même éducatrice spécialisée, elle sait intervenir avec ces enfants.

Quant aux camps de jour, elle les réserve aux 7 à 13 ans, leur offrant des semaines thématiques qui incluent une heure d’éducation technique et une autre de randonnée, chaque jour.

Les visiteurs et cavaliers trouveront aussi au centre une mini-ferme avec plusieurs animaux. « Les gens sont toujours attirés par ces animaux qu’ils peuvent approcher sans crainte. »

Déjà Katerine Collette imagine la croissance de son centre et voudrait bien y implanter éventuellement un service d’équitation thérapeutique.

Pour en savoir plus, il faut consulter le site Internet du centre : http://centreequestrecontrecoeur.e-monsite.com/

image