22 mars 2016
Un médecin de famille sur trois a plus de 35 ans d’expérience
Par: Sarah-Eve Charland
Malgré la venue de 11 nouveaux médecins de famille en septembre 2015, 11 autres médecins ont 35 ans et plus d’expérience à Sorel-Tracy. | TC Média - Archives

Malgré la venue de 11 nouveaux médecins de famille en septembre 2015, 11 autres médecins ont 35 ans et plus d’expérience à Sorel-Tracy. | TC Média - Archives

Malgré la prise en charge massive de patients orphelins au cours de la dernière année, la problématique est loin de se résorber. Près du tiers des omnipraticiens ont plus de 35 ans d’expérience dans la région.

Publicité
Activer le son

L’arrivée de 11 nouveaux médecins de famille à l’automne 2015 a permis la prise en charge de 1083 patients en quelques mois. Toutefois, parmi les 36 médecins omnipraticiens pratiquant dans la région, 11 ont plus de 35 ans de pratique.

« Il s’agit d’un profil similaire dans toute la Montérégie », explique le représentant du Département régional de médecine générale à Sorel-Tracy, Éric Sauvageau.

La moyenne d’âge pour la retraite est de 68 ans pour les omnipraticiens et de 72 ans pour les spécialistes, ajoute-t-il.

Aucun médecin n’a annoncé un départ à la retraite pour les trois prochaines années au Centre de santé et de services sociaux (CISSS) Montérégie-Est. Selon le Collège des médecins, un omnipraticien doit donner dans un délai raisonnable un préavis.

« La durée du délai dépend du type de pratique du médecin. Généralement, un préavis de deux à six mois est nécessaire, compte tenu des démarches qui s’imposent et des obligations qui lui incombent », affirme la porte-parole du CISSS Montérégie-Est, Magali Dupont.

« Les médecins travaillent souvent jusqu’à un âge assez avancé. Ils arrêtent quand ils le désirent. Même s’ils ont 35 ans d’expérience, ils peuvent encore avoir plusieurs années de pratique devant eux », ajoute Mme Dupont.

Préparation

Il est toutefois difficile d’estimer le nombre de patients qui pourraient être touchés par les éventuels départs à la retraite, ont affirmé les intervenants.

La préparation du centre hospitalier à l’éventuelle vague de départs à la retraite dépend de plusieurs facteurs, explique-t-elle, qui ne découlent pas nécessairement du CISSS.

Notamment, l’établissement de santé présente un plan d’effectifs médicaux selon les besoins de la population au ministère de la Santé.

« Le ministère évalue notre demande, parmi l’ensemble des demandes de la province. Il accorde un nombre X de médecins pour notre territoire. Il considère plusieurs facteurs, dont le prorata de la population, les départs à la retraite et la disponibilité des médecins finissants », précise Mme Dupont.

Réforme de la santé

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) s’attend à un ajout de 1500 médecins de famille d’ici cinq ans au Québec.

« En revanche, il est difficile de prévoir si cette prédiction se réalisera puisqu’on peut s’attendre à ce que les finissants en médecine boudent la médecine familiale et décident plutôt d’aller massivement en spécialité afin d’éviter les obligations et menaces de la réforme de la santé », croit le Dr Sauvageau.

Le projet de loi 20, qui impose des quotas aux médecins, a été adopté en novembre 2015. L’application de cette partie de la loi a été suspendue jusqu’en décembre 2017 puisque les médecins de famille se sont engagés à mettre en place d’ici ce moment des mesures afin d’améliorer l’accès aux soins.

« La réforme n’est pas bonne ni mauvaise en soi, seul l’avenir nous le dira. Le ministre modifie drastiquement le visage de la médecine familiale avec sa réforme. Il a changé les règles du jeu en plein milieu d’une partie. Le ministre veut bien faire, mais comment réagiront les finissants en médecine? », se questionne-t-il.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, s’est adressé aux médecins dans une lettre ouverte publiée sur le site du Parti libéral du Québec.

« Nous croyons fermement que le régime actuel d’activités médicales particulières (AMP) doit être révisé. Tout comme nous croyons fermement que le corpus médical actuel a la capacité de modifier ses façons de faire pour prendre en charge la population du Québec et aussi lui assurer un accès approprié aux services médicaux. »

Des nouveaux médecins spécialistes

Au printemps 2015, la direction du CISSS Montérégie-Est avait déposé une demande pour l’ajout de six postes de médecins spécialistes, dans son plan d’effectif, pour le territoire Pierre-De Saurel auprès du ministère de la Santé. Trois nouveaux postes ont été octroyés à Sorel-Tracy: un pédiatre, un pneumologue et un ophtalmologue. « Cela respecte nos priorités. Les ajouts nous permettront de maintenir et d’améliorer l’offre de services spécialisés au sein de notre établissement », assure la porte-parole Magali Dupont. Deux autres ajouts de postes en pathologie et en microbiologie sont à l’étude.

image