14 avril 2016
Un investissement de 125 000$ injecté à Sorel-Tracy
Par: Sarah-Eve Charland
Le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean d’Amour, et le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean d’Amour, et le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Le projet des zones industrialo-portuaires prend son envol avec l’investissement de 125 000$ du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation pour l’élaboration du plan de développement à Sorel-Tracy.

Le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour, en a fait l’annonce le 14 avril lors d’une conférence de presse à l’hôtel de ville de Sorel-Tracy. Il s’agit de la suite de l’annonce, le 3 mars dernier, de l’implantation des 16 zones industrialo-portuaires au Québec, incluant Sorel-Tracy et Contrecœur. Cela s’inscrit dans la Stratégie maritime du gouvernement du Québec qui a pour objectif de créer 30 000 emplois d’ici 15 ans.

Le gouvernement a créé une enveloppe de 300 M$ pour ces zones. Grâce à cet argent, différents intervenants concernés pourront proposer des projets.

Les 125 000$ injectés dans chacune des 16 zones industrialo-portuaires du Québec ne font pas partie de l’enveloppe totale de 300 M$, précise le ministre Jean D’Amour. Cet argent bénéficiera plutôt au comité local, qui sera chargé d’assurer le développement des zones portuaires.

Le comité local est formé de la Ville de Sorel-Tracy, la Société de développement économique de Sorel-Tracy, du Centre local de développement de Pierre-De Saurel, des ministères et des organismes concernés.

Le ministère s’est engagé à financer 70% des dépenses du comité local jusqu’à concurrence de 125 000$.

« À partir du moment qu’on a identifié un promoteur, qu’un projet est déposé, on reçoit le dossier au ministère. On fait l’analyse du dossier », explique M. D’Amour.

Le comité local est en action depuis 2015, assure le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

« Cette annonce va servir à mettre de l’avant de façon de concrète notre plan qu’on réfléchit depuis longtemps […] Il y a des pistes explorées. Il y a même des pourparlers. On veut axer les projets sur la portée durable qui respecte l’esprit du développement économique sur le territoire. Par exemple, on veut favoriser les énergies renouvelables », affirme le maire.

Pour le moment, M. Péloquin n’est pas en mesure d’évaluer le nombre d’emplois qui pourraient être créés dans la région.

image