27 mai 2019
Réjean Descheneaux, cofondateur de Construction Sorel, s'éteint à 79 ans
« Un homme passionné et généreux avec ses proches » – Sylvain Descheneaux
Par: Jean-Philippe Morin

Cette photo a été prise en 2012 lors des 30 ans de Construction Sorel. On y voit le vice-président Sylvain Descheneaux, en compagnie de son père, le président Réjean Descheneaux, et des deux autres bâtisseurs de l'entreprise, Réjean et Gaston Bibeau. Photo Philippe Manning

Un grand bâtisseur de la région est décédé le dimanche 19 mai, à l’âge de 79 ans. Réjean Descheneaux, qui a cofondé Construction Sorel en 1982 avec Réjean et Gaston Bibeau, était un passionné de la vie et était fort présent pour sa famille, raconte son fils Sylvain.

Publicité
Activer le son

« Malgré un travail qui prend du temps, il était toujours là pour nous. Mon père avait cette facilité de déconnecter du travail », souligne Sylvain Descheneaux.

Ce dernier, même s’il est devenu propriétaire unique en 2007, a toujours refusé de se donner le titre de président de Construction Sorel. Il en était le vice-président et son père le président.

« Pour moi, ce n’est qu’un titre. Mon père venait encore au bureau à tous les jours. C’est lui qui allait faire les dépôts à la banque. Construction Sorel, c’était sa vie », ajoute-t-il.

Dans les années 60, Réjean Descheneaux avait une expertise industrielle dans les travaux de fondation en béton, surtout dans l’industriel lourd. C’est cette expertise qu’il a amenée lors de la fondation de Construction Sorel avec Réjean et Gaston Bibeau, en 1982.

Passionné des chevaux

Même si sa vie tournait autour de l’entreprise, Réjean Descheneaux consacrait tout de même beaucoup de temps aux courses de chevaux.

« Il allait aux courses entre trois et cinq fois par semaine un moment donné. Il allait les voir pratiquer. C’était sa vraie passion. C’est lui qui m’a légué cette passion. Il aimait beaucoup s’amuser, il adorait les chansons à répondre et le folklore », témoigne Sylvain Descheneaux.

Son père s’est beaucoup impliqué, notamment dans un club optimiste à Yamaska, où il a résidé de 1965 à 2010. Il résident à Sainte-Victoire-de-Sorel depuis neuf ans.

Il aimait aussi la politique. « C’est un fervent libéral. Il n’a pas été député, mais il était vivement impliqué en politique », se souvient son fils.

La famille accueillera parents et ami(e)s au salon J.P. Ponton et S. Jacques & Fils, 105, rue Principale à Yamaska, le samedi 1er juin, de 19 h à 21 h et le jour de la la célébration à compter de midi. Une célébration religieuse aura lieu le dimanche 2 juin à 15 h à l’église Saint-Michel d’Yamaska et l’inhumation aura lieu au cimetière de Saint-Michel d’Yamaska à une date ultérieure.

image