3 décembre 2020
Un fonds d’aide aux petites entreprises relancé par la SADC Pierre-De Saurel
Par: Jean-Philippe Morin

La directrice générale de la SADC Pierre-De Saurel, Sylvie Pouliot. Photo gracieuseté

Le Fonds d’aide et de relance régionale (FARR) Phase 2, qui vise à offrir une aide financière d’urgence (prêt pour fonds de roulement) aux entreprises de la région touchées par la COVID-19, est maintenant offert par la SADC Pierre-De Saurel.

Publicité
Activer le son

Cette aide est disponible pour les entreprises qui veulent demeurer opérationnelles, mais qui ne sont pas admissibles aux autres programmes du gouvernement.

La SADC Pierre-De Saurel a reçu une somme supplémentaire de 352 039 $ de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) afin d’aider les entreprises de la région.

« Ce soutien financier additionnel accordé dans le cadre du FARR Phase 2.0 vient en aide plus précisément aux entreprises les plus touchées par la crise actuelle », précise la directrice de la SADC Pierre-De Saurel, Sylvie Pouliot.

Cette aide financière se traduit par un prêt aux entreprises pouvant atteindre un maximum de 40 000 $ pour atténuer les pressions financières immédiates (ponctuelles), sur les liquidités (fonds de roulement pour les PME) et doit être une conséquence de la COVID-19. De plus, 25 % du prêt accordé est non-remboursable, si le prêt est remboursé complètement avant le 31 décembre 2022.

Il est possible de valider son admissibilité à recevoir une aide financière en remplissant le formulaire en ligne ou en communiquant avec un des conseillers de la SADC.

« Nous sommes très heureux de cet appui supplémentaire du gouvernement fédéral qui nous permet de poursuivre nos efforts. Dans le contexte visant à assurer une relance économique durable des régions, les SADC et les CAE se sont positionnés comme acteurs clés pour mobiliser le milieu des affaires et les entreprises en région. Avec ces sommes nous pouvons continuer à aider les PME à surmonter la crise et à fonctionner dans un nouvel environnement d’affaires », conclut Mme Pouliot.

image