19 décembre 2019
De l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Sorel
Un enfant de 15 mois transféré à Saint-Hyacinthe faute de pédiatre
Par: Katy Desrosiers

Gabrielle Gauthier et son fils, Louis Sasseville, ont été transférés à l’hôpital Honoré-Mercier à Saint-Hyacinthe, faute de pédiatre de garde à Sorel-Tracy. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Transféré avec son garçon de 15 mois à l’hôpital Honoré-Mercier à Saint-Hyacinthe en raison de l’absence d’un pédiatre de garde à l’Hôtel-Dieu de Sorel, un couple de la région se demande où sont les pédiatres promis par le Centre intégré de santé et services sociaux de la Montérégie-Est (CISSSME).

Publicité
Activer le son

Philippe Sasseville s’est présenté à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Sorel dans la nuit du 14 au 15 novembre avec son fils Louis en détresse respiratoire. L’enfant avait été diagnostiqué avec un virus infantile quelques jours auparavant.

On lui annonce que le petit devra être transféré puisqu’il n’y a pas de pédiatre de garde les jeudis et vendredis. Vers 7 h, l’enfant est transféré à Saint-Hyacinthe par ambulance avec sa mère, Gabrielle Gauthier.

« J’ai trouvé ça bizarre. […] Si tu tombes malade ces journées-là, pour les enfants, tu n’as pas le choix d’aller ailleurs », souligne M. Sasseville.

Louis aura son congé d’hôpital trois jours plus tard. Le couple s’est loué une chambre d’hôtel et leur entourage a gardé leur autre garçon.

« On a pris congé tous les deux. On ne savait pas quand ça se terminerait. […] Il y a des familles qui n’ont pas d’auto, souligne la mère. Sorel et Saint-Hyacinthe, il n’y a pas de transport en commun. Des usagers qui se font dire « désolé on ne peut pas donner le service ici, débrouille-toi pour y aller et vivre là-bas » quand t’as pas les moyens… »

Lors de leur séjour à l’hôpital Honoré-Mercier, une autre famille de Sorel-Tracy a aussi dû être transférée.

« Il devait y avoir quatre pédiatres. La PDG, en mai, il me semble qu’elle disait que quatre arriveraient en septembre », souligne Mme Gauthier.

Le couple a déposé une plainte officielle auprès du CISSSME et a fait parvenir une copie au député Jean-Bernard Émond.

Une problématique globale

Quelques jours après l’envoi, Philippe Sasseville a reçu un appel de la commissaire aux plaintes du CISSSME.

« Elle m’a dit que l’enquête avait déjà été faite, qu’il y a eu une autre plainte il n’y a pas longtemps dans le cas d’un accouchement qui a été fait à Sorel, mais comme il n’y avait pas de pédiatre, la maman et le bébé ont du être transférés dans un autre hôpital. Le papa a dû suivre avec les autres enfants », explique M. Sasseville.

La commissaire lui a aussi mentionné qu’effectivement, quatre pédiatres devaient arriver à Sorel-Tracy. Cependant, deux ont quitté pour des raisons hors de leur contrôle.

« Elle m’a dit qu’ils étaient en pénurie de 35 pédiatres à la grandeur du Québec et qu’il y en a peu près 10 qui sortent des écoles chaque année », explique Philippe Sasseville.

Le père a aussi reçu une réponse de l’attachée du député Jean-Bernard Émond. Elle affirme que le gouvernement travaille, entre autres, à faciliter la tâche aux immigrants qui veulent venir pratiquer ici. Aussi, elle espère que les travaux réalisés dans le service de pédiatrie à l’Hôtel-Dieu inciteront certains pédiatres à venir dans la région.

Miser sur les omnipraticiens

La présidente-directrice générale du CISSSME, Louise Potvin affirme que de nouvelles façons de faire, qui impliquent davantage les omnipraticiens, sont présentement mises en place.

« Les omnipraticiens vont admettre sur un étage un enfant qui va venir de l’urgence et qui a des problèmes de santé courants, comme des problèmes respiratoires. L’omnipraticien, avec le soutien du pédiatre, parce que ces gens-là se parlent par téléphone, pourra traiter l’enfant sur place », explique Mme Potvin.

Le CISSSME mise ainsi sur les nouveaux omnipraticiens, formés en pédiatrie, qui veulent suivre des enfants. Mme Potvin explique que ceux qui pratiquent depuis plusieurs années et qui n’ont jamais traité de cas de pédiatrie ne veulent pas nécessairement se mouiller.

Le modèle est déjà utilisé ailleurs dans d’autres hôpitaux et débute ici à Sorel-Tracy.

En 2018, sur 5355 enfants accueillis à l’urgence, 5053 sont retournés à la maison, 252 ont été admis et 47 ont été transférés. Mme Potvin précise que 70% de ceux transférés sont envoyés au CHU Sainte-Justine parce que leur situation était trop grave pour être prise en charge dans un ou l’autre des hôpitaux du CISSSME.

Jusqu’à présent en 2019, entre 30 et 45 enfants ont été transférés.

image