3 novembre 2020
Un drame familial qui a ébranlé plusieurs personnes
Par: Sébastien Lacroix
Guy René, assassiné par son fils, était un ancien conseiller municipal et directeur d’école à Yamaska.
Photothèque | Les 2 Rives ©

Guy René, assassiné par son fils, était un ancien conseiller municipal et directeur d’école à Yamaska. Photothèque | Les 2 Rives ©

La juge France Charbonneau a souhaité bonne chance à l’accusé avant de quitter son estrade.
Illustration Gilles Marcotte

La juge France Charbonneau a souhaité bonne chance à l’accusé avant de quitter son estrade. Illustration Gilles Marcotte

C’est entouré de quelques membres de sa famille que Loïc René a reçu sa sentence, le 28 octobre, au palais de justice de Sorel-Tracy. Des proches qui ont témoigné de la souffrance que leur a infligée le geste irréparable qu’il a commis en tuant son père, Guy René, à la suite d’une dispute qui a mal tourné.

Publicité
Activer le son

Hugo Sénécal-René, le demi-frère de l’accusé, a remis une lettre qui a été lue par la procureure de la Couronne, Me Geneviève Beaudin. Celui-ci ne sentait pas la force de la lire devant l’accusé avec qui il a d’ailleurs demandé et obtenu un interdit de contact.

Le jeune homme a raconté que le meurtre de Guy René, en août 2018, a été une expérience traumatisante pour lui, au point où il a été en arrêt de travail pendant un an et que son couple en a beaucoup souffert.

Il ajoute qu’il fait plusieurs cauchemars et qu’il a dû être médicamenté. Ce qui l’a rendu amorphe durant une longue période de sa vie. « Le meurtre était sa solution aux problèmes qu’il vivait, mais il a créé bien des problèmes dans la famille », a-t-il soutenu.

Il estime également que les différents incidents de violence dans lesquels Loïc René avait été impliqué, dont celui où il avait menacé sa mère et son beau-père avec un couteau, moins de deux ans avant les événements, auraient dû être un signal d’alarme pour le système. « Il aurait dû avoir de l’aide et faire de la prison », a-t-il soutenu.

Le frère de l’accusé, Stéphane Dugué, qui avait décidé de prendre le nom de famille de sa mère lors de la séparation, a livré un vibrant témoignage avant le prononcé de la sentence. Celui-ci n’avait pas souhaité témoigner lors du procès, pour ne pas parler ni contre son père ni contre son frère.

Il a fait valoir que, tout comme Loïc, il n’avait pas ressenti d’amour de son père durant son enfance, mais seulement de la peur. Il a ajouté avoir été témoin de la violence que Guy René a infligée à son frère. Ce qui a fini par bâtir l’homme mentalement instable qu’il est devenu. « Je peux comprendre qu’un peu comme Frankenstein, il a fini par détruire son créateur », a-t-il illustré.

Il estime toutefois que Guy René était un homme qui avait grandi et qui avait su évoluer au fil de sa vie. « Un peu comme Jean Val-Jean », a-t-il ajouté, en référence à l’un des personnages principaux du roman Les Misérables.

« C’était tout de même un être bon et il nous manquera à tous, à sa communauté, à ses amis et à sa famille. (…) Mon frère est aussi un être bon, mais il n’a pas eu la chance de grandir normalement. Quand on se fait toujours répéter qu’on est un bon à rien, on devient un bon à rien. C’est important qu’il ait accès aux soins nécessaires et qu’il puisse se retrouver. »

image