28 juin 2019
Budget 2019-2020 de la Commission scolaire de Sorel-Tracy
Un déficit autorisé d’environ 760 000 $
Par: Katy Desrosiers
La directrice des ressources financières pour la CS, Marie-Claude Larrivée, a présenté le budget lors d'une séance extraordinaire du conseil des commissaires. 
Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

La directrice des ressources financières pour la CS, Marie-Claude Larrivée, a présenté le budget lors d'une séance extraordinaire du conseil des commissaires. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

La Commission scolaire (CS) de Sorel-Tracy a déposé le 25 juin en séance extraordinaire du conseil des commissaires son budget initial pour la période 2019-2020, qui se chiffre à environ 81 M$. Celui-ci comprend un déficit autorisé de 760 578 $.

Les dépenses se chiffrent à 81 731 944 $ alors que les revenus sont estimés à 80 971 366 $. Cependant, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur autorise la CS à utiliser 15 % des surplus accumulés des dernières années.

« Le but, c’est d’avoir un budget équilibré. On n’est pas obligé d’aller piger dans le déficit autorisé (ou surplus accumulé), mais le ministère nous l’autorise. Si on en a besoin, on l’aura, sinon il servira pour les années futures », explique la directrice des ressources financières, Marie-Claude Larrivée.

Le budget courant a augmenté de 15 % par rapport aux cinq dernières années et de 4 % par rapport au dernier budget. L’augmentation est due entre autres aux indexations salariales et à la mise en place de nouveaux services liés directement aux élèves.

Les montants promis au dernier budget pour l’embauche de personnel ont été fournis. « On a réussi à embaucher presque la totalité des ressources qu’on souhaitait aller chercher. Il y a toujours un défi de recrutement parce que toutes les commissions scolaires sont en recrutement, mais on est chanceux chez nous. On a des gens de qualité qu’on a pu acquérir et pour la prochaine année scolaire, le pronostic est bon », précise Marie-Claude Larrivée.

Quelques nouveautés pour 2019-2020

Pour la prochaine année scolaire, le gouvernement investira davantage au niveau du service direct à l’élève, avec le nouveau seuil minimum de service par école. Ainsi chaque école aura l’équivalent de deux jours et demi pour les services d’un ou d’une technicienne en éducation spécialisée et deux jours et demi pour un service professionnel ou enseignant relié à des services comme l’orthopédagogie et l’orthophonie.

Également, une nouvelle classe spéciale de difficulté de langage sera créée.

Le gouvernement investira aussi davantage pour les activités parascolaires au secondaire. Environ 175 000 $ seront fournis afin d’assurer une heure d’activité parascolaire par jour pendant 28 semaines, et ce, gratuitement.

Le montant des taxes scolaires perçu par la CS diminuera d’environ 1 M$ pour la prochaine année. Le taux pour la CS de Sorel-Tracy sera de 0,149 $ par 100 $ d’évaluation, ce qui correspond à une baisse de 0,03 $ par rapport à l’an passé.

Fin des classes modulaires à Saint-Gabriel-Lalemant

Sur la nouvelle carte de défavorisation du territoire datant de 2016, l’école Saint-Gabriel-Lalemant passe d’un indice de neuf à huit. Ainsi, le ratio d’élèves par classe augmentera.

« On aura quatre groupes de moins et on n’aura plus besoin des classes modulaires. La nouvelle carte a aussi eu un impact sur d’autres écoles, mais c’était souvent en milieu rural et il y a déjà moins d’élèves par classe. Parfois, même avec un ratio à 20 élèves par classe, on atteignait à peine le ratio », souligne Martine Rondeau, directrice des services éducatifs. Le départ des classes modulaires amènera une économie de 74 000 $ sur la location d’espace.

La directrice générale de la CS, Claudine Lachapelle, est très satisfaite du budget déposé. « On va chercher le 15 % dans les surplus accumulés, mais en même temps, si on n’allait pas le chercher, on était près de l’équilibre budgétaire. C’est satisfaisant parce qu’il y a eu beaucoup d’investissements au niveau du ministère et ça apporte beaucoup de services au niveau des écoles. En maintien de bâtiments, on est aussi allés chercher de bons montants et de bonnes subventions », mentionne-t-elle.

image