3 juin 2021
Un début de saison en force pour les fraises
Par: Katy Desrosiers

Michèle Bourque (deuxième à gauche) et les autres propriétaires de la Ferme des Ormes connaissent un début de saison exceptionnel, avec une arrivée hâtive des fraises. Photo gracieuseté

Grâce au beau temps, les producteurs de fraises de Pierreville connaissent un début de saison exceptionnel, alors qu’à la fin mai, ils avaient déjà procédé à leur première récolte. Un record, selon une des propriétaires de la Ferme des Ormes, Michèle Bourque.

Publicité
Activer le son

« Depuis l’existence de la ferme, on n’a jamais vu ça! », lance d’emblée la copropriétaire. Et la ferme familiale en a vu passer des saisons. Son père a acheté l’entreprise en 1967, alors que la relève l’a achetée en 1997. Ça fait donc plus de 50 ans que l’entreprise existe.

La date du début de la saison varie en raison de la température, mais normalement, ce n’est pas avant juin. Avec les années, les méthodes de culture ont évolué, ce qui permet d’avoir de beaux champs rapidement et plus longtemps. Par exemple, malgré un temps sec, le système d’irrigation permet d’avoir de belles fraises.

« On a la fraise conventionnelle jusqu’à la mi-juillet et après, la fraise d’automne. Habituellement, il y a peut-être une semaine ou deux d’attente pour que la fraise d’automne commence, mais on a des fraises presque en continu jusqu’au premier gel », explique Mme Bourque.

Bien que cette saison les fraises soient arrivées plus tôt, les clients sont au rendez-vous.

« La réponse est bonne, vraiment. Les gens sont excités. Ça les rend euphoriques l’arrivée des fraises », note la copropriétaire.

Cependant, pour ce qui est de l’autocueillette, il faudra attendre encore quelques semaines puisque les quantités dans les champs ne sont pas assez grandes. Comme tout est devancé cette saison, elle devrait commencer un peu avant la Saint-Jean-Baptiste.

Et l’engouement ne se réserve pas seulement aux fraises. La période de vente de plants a été frénétique également. Plusieurs plants de légumes se sont vendus pour les jardins, mais aussi, plusieurs plants de fleurs.

Mme Bourque croit même que l’engouement pour les différents produits est encore plus grand que l’an dernier.

« On avait prévu le coup, mentionne-t-elle. On avait de quoi suffire à la demande. C’est sûr que les serres sont pas mal vides, mais on a encore un beau choix de plantes. »

L’entrepreneure croit également que la tendance de l’achat local perdurera dans les années.

Pour ce qui est de la suite de la saison, vers la mi-juillet, la ferme offrira des framboises et quelques jours plus tard, les bleuets feront leur arrivée.

Même son de cloche partout

Du côté de la Ferme Jean-Yves Gamelin, aussi à Pierreville, la saison des fraises a commencé également en mai. Depuis le 25 mai, elles sont disponibles au kiosque à la ferme et au kiosque du Marché public Drummondville en quantité limitée. Elles seront de plus en plus nombreuses au fil des semaines. Toutefois, l’entreprise offrait déjà des fraises de serres depuis le début du mois de mai.

L’engouement pour les fleurs et les plants de légumes s’est aussi fait sentir de leur côté, alors que le 9 mai, la ferme annonçait sur sa page Facebook que déjà, elle n’acceptait plus les réservations et que les clients qui n’avaient pas commandé devaient passer directement au kiosque.

Dans les derniers jours, l’entreprise a annoncé l’agrandissement de ses serres, ce qui donnera 16 000 pieds carrés supplémentaires de superficie cultivable, pour un total de près de 100 000 pieds carrés. La nouvelle portion comprendra des lumières artificielles pour pouvoir produire des plants toute l’année.

image