20 décembre 2018
Un Contrecœurois soulève le Bol d’Or avec le Noir et Or de Valleyfield
Par: Jean-Philippe Morin

Xavier Germain était fier de soulever le Bol d'Or, le 6 novembre. Photo gracieuseté

Ancien joueur des Polypus de l’école Fernand-Lefebvre de la sixième année à la cinquième secondaire, le Contrecœurois Xavier Germain a soulevé, à son année recrue en division 2 avec le Noir et Or du Cégep de Valleyfield, le prestigieux Bol d’Or, emblème de la suprématie du football québécois.

Même si le match s’est terminé à sens unique, soit par la marque de 38-13, le 6 novembre contre le collège John Abbott, Xavier Germain s’est dit heureux que tous ses efforts portent fruit. Son équipe n’a perdu qu’une seule fois en 10 matchs, séries incluses, pour être proclamée championne du Québec.

Xavier Germain, qui a fêté ses 18 ans il y a quelques semaines, a surtout joué sur les unités spéciales cette saison. Il dit avoir apprécié son rôle, lui qui a récolté huit plaqués en tout.

« J’ai eu un rôle surtout d’apprentissage. Comme la défensive était mature avec 10 gars sur 12 qui en étaient à leur dernière année, je n’ai pas pu jouer à ma position naturelle de safety. Par contre, j’étais très impliqué dans les unités spéciales et j’ai travaillé fort tout au long de la saison. J’ai aussi écouté les plus vieux puisque ça faisait trois fois en autant d’années que l’équipe se rendait au Bol d’Or et c’était une deuxième victoire de suite. J’ai beaucoup appris des vétérans », souligne Xavier Germain, qui est le fils de la mairesse de Contrecœur, Maud Allaire.

Le jeune homme est devenu le premier ancien des Polypus à évoluer à Valleyfield en division 2. Cet exil lui a appris beaucoup de choses, dit-il.

« Je suis parti de chez nous et j’ai appris à tout faire seul. Je voulais absolument me joindre à la meilleure équipe en division 2 et c’est pourquoi j’ai choisi le Noir et Or. Ça m’a permis d’être autonome. J’ai eu aussi beaucoup de support de ma famille là-dedans », souligne celui qui n’a que de bons mots pour son entraîneur au secondaire, Harold Turbide.

« Il m’a appris à devenir un adulte. Je n’aurais pas pu demander un meilleur coach pour mon cheminement. Il m’amenait à me surpasser », ajoute Xavier Germain.

Quelques jours après la victoire des siens, le Contrecœurois était déjà de retour à l’entraînement en gymnase. Il veut absolument être dans sa meilleure forme lorsque le camp d’entraînement se tiendra l’été prochain.

«Mon but est d’être partant en défensive. Je m’entraîne 12 mois par année pour pouvoir avoir un impact avec mon équipe », conclut-il.

image