8 février 2018
Un conseiller municipal démissionne trois mois après les élections
Par: Sarah-Eve Charland

William Leslie Truman avait été élu le 5 novembre 2017 au poste de conseiller municipal à Saint-Roch-de-Richelieu. (Photo : Gracieuseté)

Nouvellement élu conseiller municipal en novembre dernier, William Leslie Truman a remis sa démission le 29 janvier à la municipalité de Saint-Roch-de-Richelieu seulement trois mois après les élections.

Publicité
Activer le son

Il siégeait au poste de conseiller du district 3. Les problèmes d’horaire figurent parmi les raisons qui l’ont poussé à quitter ses fonctions d’élu municipal. En plus d’être commissaire scolaire, il occupe également un poste de pompier à temps partiel à la municipalité de Saint-Roch-de-Richelieu.

« Malgré l’inestimable respect que j’ai pour la population adulte qui avait voté lors des élections municipales de 2017, la priorité que j’accorde aux personnes vulnérables que sont les élèves d’âge primaire et celles qui ont composé le 911 afin de demander de l’aide m’apparait naturelle et inévitable », affirme M. Truman.

Au moment de se présenter aux élections, la candidate à la mairie Patricia Larose lui avait assuré qu’il serait possible de changer l’horaire des réunions pour l’accommoder. Toutefois, Mme Larose n’a pas été élue. Le nouveau conseil n’a pas répondu favorable à ses demandes à cet effet.

Il croit également que certains membres du conseil n’ont pas été capables de faire une différence entre lui-même et le parti politique de Patricia Larose. Il ajoute que les élus ont les mêmes difficultés avec son implication au sein du Service de sécurité incendie de la municipalité.

« Cette inaptitude à me dissocier des autres candidats de l’élection 2017 et du Service des incendies empêchait concrètement le développement de la collégialité nécessaire et critique à l’efficience et l’efficacité du conseil municipal lorsque j’y prenais part. »

« Après une analyse exhaustive et mûre réflexion, il m’apparaissait clair que ma présence au conseil municipal était, à mon grand regret, insuffisante à assurer aux citoyens qui m’avaient élu la représentation et l’influence auxquelles ils ont droit. […] Ainsi je considérais que ma démission du titre de conseiller a été la seule option permettant d’éviter que ma présence nuise à l’efficience du conseil municipal de Saint-Roch-de-Richelieu, à qui je souhaite tout le courage et la sagesse nécessaires à prendre les bonnes décisions, dans le seul intérêt de tous les citoyens », a-t-il poursuivi.

Le maire de Saint-Roch-de-Richelieu, Michel Beck, n’a pas voulu commenter. « Cette décision lui appartient. »

Selon la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités (LERM), le président des élections, qui est aussi le directeur général de la municipalité, Reynald Castonguay, annoncera sous peu la date du scrutin. Un avis public sera publié sur le sujet. Le déroulement sera le même qu’une élection générale, mais seuls les électeurs du district 3 seront appelés à voter.

À lire aussi: Saint-Roch-de-Richelieu passe la hache dans les conditions salariales

image