6 octobre 2015
Un citoyen de Saint-Ours s’en mêle
Par: Louise Grégoire-Racicot
Alexandre Vovan demande que les personnes intéressées se manifestent sur sa page Facebook. | TC Média - Gracieuseté/Caroline Morrison

Alexandre Vovan demande que les personnes intéressées se manifestent sur sa page Facebook. | TC Média - Gracieuseté/Caroline Morrison

La décision de la Ville de Montréal de déverser 8 milliards d’eaux usées dans le fleuve du 18 au 25 octobre, a immédiatement inquiété les citoyens qui vivent près du fleuve, s’y alimentent en eau ou sont fortement interpelés par la protection de la nature.

Publicité
Activer le son

C’est le cas d’Alexandre Vovan, ce professeur du Cégep de Sorel-Tracy qui habite Saint-Ours. Il songe actuellement à organiser une manifestation sur l’eau, avant le 18 octobre, afin de saisir les autorités nationales et internationales de cette décision qu’il juge irresponsable et inacceptable.

« Je vois cette manifestation comme un geste qui peut initier d’autres gestes tant écologiques que municipaux », confie-t-il.

À la suggestion de son ami et conseiller municipal de Sainte-Anne-de-Sorel, Patrick Lamothe, il cherche à réunir des usagers du fleuve qui se joindraient à lui pour cette manifestation, si Environnement Canada avalise à son tour, après le ministère d’Environnement du Québec, ce projet montréalais.

« Chose certaine, je cherche un moyen de bloquer la décision de Montréal autrement qu’en ne signant que la pétition qui circule actuellement », explique-t-il. Pétition qu’il a signée dès le départ.

« Je n’ai pas réponse à tout. Je ne suis pas un scientifique ni un ingénieur. Je suis un citoyen qui veut faire plus. Je suis un amant de la nature qui n’a qu’une petite chaloupe, mais cette décision me choque. »

Ceux qui veulent se joindre à sa démarche peuvent communiquer avec lui sur sa page Facebook. « Je veux rassembler le plus de monde possible pour tenir cette manifestation nautique citoyenne. Je la voudrais d’envergure pour que même les médias d’outre-frontières s’y intéressent. »

Plus de 50 000 signatures

Pendant ce temps, sur Facebook, circule une pétition mise en ligne sur le site web change.org, sous le titre « Le Saint-Laurent n’est pas une poubelle».

Plus de 50 000 personnes l’ont signée en moins de 72 heures, dont plusieurs de la région. Elle est adressée notamment aux maires Serge Péloquin de Sorel-Tracy et Denis Coderre, de Montréal et demande « que ce déversement soit mis en suspens le temps de trouver une solution alternative, ou alors le temps que des études sérieuses et poussées démontrent avec certitude que les effets sur l’environnement à court, moyen et long termes seront inexistants ou minimes et sans conséquence. »

image