1 juin 2021
Un choc entre David Théroux et Junior Ulysse le 16 juillet
Par: Jean-Philippe Morin

David Théroux (à droite), qui a subi la défaite contre Steve Claggett le 21 novembre à Rimouski, est affamé de retourner dans le ring le 16 juillet prochain contre Yves Ulysse Jr. Photo Vincent Éthier/EOTTM

David Théroux (16-4-0, 11 KO) fera face à tout un défi lors de son retour dans le ring, le 16 juillet. Le boxeur sorelois affrontera Yves Ulysse Jr (19-2-0, 10 KO), qui a été son partenaire d’entraînement pendant cinq ans.

Publicité
Activer le son

Ce duel fera partie de la carte concoctée par Eye of the Tiger Management dans un lieu qui reste à être déterminé, soit Shawinigan, Montréal ou Québec.

« Je m’entraîne depuis les Fêtes et je serai prêt pour ce combat. Je tombe en camp d’entraînement dès ce lundi [31 mai]. J’ai hâte! », lance David Théroux au bout du fil.

Le Sorelois connaît très bien Yves Ulysse Jr pour s’être entraîné avec lui de l’âge de 20 à 25 ans. Il s’est aussi battu contre lui au niveau amateur.

« Je sais à quoi m’attendre. Il est très mobile et se déplace bien dans le ring. Il va peut-être falloir que je coure un peu après, mais je sais qu’il va respecter ma force de frappe. Je le connais, mais lui aussi me connaît! Ce sera probablement un combat tactique où mon cardio devra être au top. Je m’attends à couper le ring et ça ne me fait pas peur du tout d’échanger coup pour coup avec lui » analyse le pugiliste de 27 ans.

Théroux devra toutefois, dans les prochains jours, se trouver un entraîneur qui sera dans son coin le 16 juillet prochain. « Rénald [Boisvert] va m’aider pour le camp d’entraînement comme il le fait depuis quelques mois déjà, mais il ne sera dans aucun des deux coins puisqu’il aide aussi Junior [Ulysse] », explique-t-il.

Un contexte différent

Depuis les Fêtes, David Théroux s’entraîne environ cinq fois par semaine, soit deux fois au Club de boxe Lion Pierre-De Saurel, une fois avec Rénald Boisvert et les autres fois seul de son côté. Lorsque le camp d’entraînement débutera, il sera dans le gym deux fois par jour, et ce, jusqu’au combat. Il a même obtenu, de son employeur Construction Sorel, un congé de deux mois pour pouvoir se concentrer sur son camp d’entraînement.

Toutes ces conditions font en sorte que le contexte est totalement différent que lors de son combat du 21 novembre dernier, alors qu’il avait subi un KO technique par abandon entre le sixième et le septième round contre Steve Claggett, à Rimouski.

« Contre Claggett, j’ai connu le pire camp d’entraînement de ma vie. Je ne m’attendais pas à un appel pour faire partie du tournoi du Carré d’As et il a fallu que je me prépare rapidement pour le combat. Je travaillais sur la construction en même temps et je me suis blessé en camp d’entraînement, donc je n’ai pas pu faire de sparring du tout. Tous les boxeurs vont te le dire, le sparring, c’est primordial pour un combat et je n’ai pas pu en faire. C’est la raison pour laquelle je suis confiant aujourd’hui : je sais qu’en forme, avec un bon camp où je vais pouvoir récupérer sans penser à aller travailler, je peux battre n’importe qui. J’ai déjà sparré avec Junior et je sais que je peux rivaliser avec lui », souligne le Sorelois, qui se dit à l’aise dans la position de négligé contre son adversaire.

« J’ai vraiment hâte de retourner dans le ring, poursuit-il. La défaite contre Claggett m’a redonné la piqûre de la boxe que j’avais peut-être perdue un peu. Ça m’avait manqué et je vais tout donner le 16 juillet », conclut David Théroux.

image