11 juin 2019
« Un bon père, c’est un père présent » – Éric Morency
Par: Jean-Philippe Morin

Éric Morency estime qu'un père doit être présent et à l'écoute de son enfant. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

« Un bon père va être là pour son fils, il va être présent. C’est sa priorité. Avec mon nouveau travail depuis un an, j’ai dit à mon patron que je suis le premier répondant de mon enfant. Si je dois quitter mon travail pour aller le voir, je vais le faire. »

Éric Morency est le doyen du groupe de pères Le Boomerang, au Carrefour naissance-famille. L’homme de 51 ans a accepté de se confier au journal Les 2 Rives à propos de son rôle de père. Le rôle le plus important qu’il a occupé au cours de sa vie.

Depuis trois ans, M. Morency se rend, un jeudi sur deux, au groupe Le Boomerang afin de rencontrer d’autres pères. Plusieurs ateliers sont donnés lors de ces soirées.

« Je suis arrivé de la Rive-Nord et je ne connaissais personne dans le coin. Puis il y a eu une séparation, mais mes amis étaient surtout les amis de mon ex. Je n’avais pas vraiment d’amis à moi. Au Carrefour naissance-famille, j’ai pu me faire un cercle d’amis », explique celui qui a un fils de 9 ans.

C’est à cet endroit qu’il a pu rencontrer plusieurs pères dans sa situation. « Ce sont toutes de bonnes personnes, des gens qui ont à cœur leurs enfants. On fait plusieurs ateliers avec de la pédagogie, ils nous transmettent des informations qui peuvent nous aider dans notre rôle de père. C’es très valorisant. Parfois, il y a des journées ou des semaines plus difficiles, alors on peut se confier et partager nos soucis. Il y a de très bons services », souligne M. Morency.

Comme tous les pères, le cinquantenaire vit des enjeux avec son fils, qui a un TDAH avec impulsivité, ce qui peut occasionner certains accrocs à l’école. « L’important, c’est d’être là pour lui, autant dans les bons moments que dans les moins bons. On travaille fort, autant sa mère que moi, pour le mettre dans les meilleures conditions pour favoriser son développement. On a d’ailleurs gardé une bonne relation et une bonne communication, elle et moi, malgré la séparation. C’est primordial pour le bien-être de notre fils », conclut Éric Morency.

image