26 mars 2019
Incendie au Centre-Ville
Un bâtiment plus que centenaire part en fumée
Par: Katy Desrosiers
Une rue commerciale de Sorel, co. Richelieu, tirée des Archives nationales du Québec. La photo a été prise en 1951. Elle provient de Paul Carpentier.  
Photo gracieuseté

Une rue commerciale de Sorel, co. Richelieu, tirée des Archives nationales du Québec. La photo a été prise en 1951. Elle provient de Paul Carpentier. Photo gracieuseté

Le bâtiment qui abritait le Café St-Thomas, le Centre de coiffure masculine ainsi que le dépanneur Centre-Ville datait de 1913, selon les informations recueillies par Louise Pelletier, historienne-recherchiste.

L’homme qui aurait été propriétaire de l’endroit pendant plusieurs années est M. Weilbrenner, selon l’historique du lot 520 de la rue du Roi que nous a fait parvenir Mme Pelletier. Ce lot correspond à l’endroit où se trouvaient les commerces qui ont été la proie des flammes. De 1914 à 1935, le local était occupé par le magasin de Walter Weilbrenner. Par la suite, de 1935 à 1952, la bâtisse a été gérée par Anatole Weilbrenner. On pouvait trouver des livres et des souvenirs dans cette boutique.

À partir de 1952, jusqu’à la création du Café St-Thomas en 1995, le bâtiment a abrité le magasin de vêtements Chez Béatrice. Plusieurs Sorelois se souviennent de ce magasin, entre autres Louise Pelletier qui nous a fourni les informations historiques et Jocelyn Mondou, conseiller du district du Vieux-Saurel. M. Mondou était, à ce moment, policier.

Mme Pelletier affirme que le bâtiment a porté plusieurs couleurs. Elle se souvient d’une époque où il était bleu, avant d’arborer ses teintes de rose.

Avant la construction du bâtiment le plus récent, l’emplacement a appartenu à plusieurs dignitaires. Le premier propriétaire connu remonte à 1732, alors qu’il s’agissait de la terre du Seigneur Ramesay.

 

À lire aussi :

Grande perte pour le centre-ville selon le conseiller Jocelyn Mondou

Le gérant du Café St-Thomas se dit positif pour la suite des choses

Dur lendemain pour les commerçants

Les pompiers à pied d’oeuvre pendant plus de 12 heures

image