14 octobre 2015
Tire le coyote vise dans le mille avec son dernier album
Par: Julie Lambert
Benoit Pinette alias Tire le coyote partagera sa vision de l’humanité au travers de ses chansons folk rock francophones le 15 octobre au Marine Cabaret. | Photo: Gracieuseté – Martin Bureau

Benoit Pinette alias Tire le coyote partagera sa vision de l’humanité au travers de ses chansons folk rock francophones le 15 octobre au Marine Cabaret. | Photo: Gracieuseté – Martin Bureau

Le chanteur Benoit Pinette, alias Tire le coyote, vise dans le mille avec son tout dernier album Panorama, paru en janvier 2015. Ses titres au style folk rock parlant de la vie, de l’amour et même de la mort attirent les gens. Il viendra les partager avec le public sorelois le 15 octobre, à 18h, au Marine Cabaret.

Publicité
Activer le son

L’homme de 34 ans de Québec a fait ses débuts avec le groupe qu’il a fondé au début de la vingtaine, Fono Jône. Ce dernier s’est rendu jusqu’aux Francouvertes et aux Francofolies de Montréal avant que ses membres prennent tous une direction différente.

Après avoir enregistré un EP en 2009, le chanteur a offert son tout premier album Le fleuve en huile. Depuis maintenant six ans, l’auteur-compositeur-interprète tire son épingle du jeu dans le milieu avec des critiques élogieuses, mais également un soutien de plus en plus important du public.

« Mon projet s’est construit lentement. Il n’y a pas eu de gros buzz aussitôt la sortie de mon premier album. J’ai eu une petite réception pour le premier. Cela a grossi au deuxième. Au troisième, je crois que j’ai franchi un step supplémentaire », souligne-t-il.

Son tout dernier opus Panorama a été réalisé en seulement trois jours et est paru en janvier dernier. Contrairement à plusieurs artistes, M. Pinette ne prend pas de période entre chaque tournée pour écrire, souligne-t-il.

Il est toujours en train d’écrire et depuis deux ans, il a le même noyau de musiciens ce qui lui permet de travailler en temps réel ses chansons. Quand l’étape d’entrer en studio arrive, il est donc prêt, explique-t-il.

« Les gens vont en studio pour expérimenter, pour essayer des trucs d’une autre manière. Avec mes musiciens, je commence à connaître ce que je veux et je n’attends pas d’avoir 15 chansons pour les travailler. »

Des émotions universelles

Les textes de Tire le coyote sont très poétiques et approchent toute une gamme personnelle de sentiments comme l’amour dans Ma révolution tranquille et Chansons d’amour en sol standard.

Il y aborde aussi d’autres moments-clés de la vie au travers de ses mots et de ses notes parlant de la mort dans L’âge vaut de l’or ou de la paternité dans Têtard.

Très instinctif et spontané, l’artiste dit aimer transmettre des images qui viennent chercher les gens. Le public sorelois aura l’occasion d’être touché lors de son spectacle au Marine Cabaret.

Il y interprétera les titres de son dernier opus, plusieurs de ses autres albums, mais également quelques reprises, accompagné de ses musiciens Jean-Philippe Simard, Cédric Martel et Benoit Villeneuve.

« On me parle beaucoup de mes textes et des histoires que mes chansons racontent. Je suis très heureux de savoir que les gens prennent le temps d’écouter. Pour un auteur-compositeur-interprète, savoir que les gens le font est très agréable », conclut-il.

Pour de l’information ou des billets, les gens peuvent se rendre sur le site Internet d’Azimut diffusion au www.azimutdiffusion.com ou téléphoner au 450.780.1118.

image