8 mai 2015
Sursis pour la maison Leduc de Sainte-Victoire
Par: Louise Grégoire-Racicot
La maison Leduc dont des citoyens réclament la restauration.

La maison Leduc dont des citoyens réclament la restauration.

La maison Lenoblet-du-Plessis de Contrecœur accueille plusieurs activités culturelles. | Photo: TC Média - archives

La maison Lenoblet-du-Plessis de Contrecœur accueille plusieurs activités culturelles. | Photo: TC Média - archives

Un comité formé de citoyens et vraisemblablement de membres du conseil municipal de Sainte-Victoire étudiera le sort réservé à la maison centenaire qui a abrité trois générations de Leduc, dont celle de l’ex-député Jean-Louis Leduc.

C’est l’approche qu’ont retenue les membres du conseil et une vingtaine de résidents de la municipalité venus déposer, le 4 mai dernier, au conseil de ville de Sainte-Victoire, une pétition de 150 noms demandant de protéger le bâtiment du 509-511 Rang Sud.

On sait que le conseil avait offert la maison à qui voulait l’acheter avant le 30 avril, à la condition qu’il la déménage avant le premier juillet. La municipalité planifie y aménager une rue et éventuellement développer un petit quartier résidentiel adjacent à l’église. Personne n’a fait d’offre.

Mais un comité de citoyens s’est levé pour sauver le bâtiment qui a besoin d’importantes rénovations. Ainsi ne passera-t-elle pas sous le pic du démolisseur sans que ce comité ait fait le tour de la question, estimé les coûts de son déménagement possible, mais aussi de déterminer l’usage qu’il voudrait en faire.

Jusqu’à maintenant, les promoteurs parlent de la possibilité de la transformer en centre culturel, d’en faire un endroit convivial, quitte à y intégrer un restaurant. À la manière de plusieurs centres québécois, que ce soit à Saint-Roch ou sur la Côte Nord, ont-ils dit.

Ils insistent sur la nécessité de ne pas effacer toutes les traces du passé.

Pour Ghislaine Cournoyer, qui ne réside pas à Sainte-Victoire, mais s’implique au dossier, « la maison est semblable à celle de LeNoblet-du-Plessis de Contrecœur, construite à la même époque. À la différence que celle de Contrecœur a été entretenue. J’ai senti que le conseil était ouvert à ce qu’on étudie la question. »

L’après

Le maire Jean-Francois Villiard veut que les rencontres du comité se déroulent le plus tôt possible.

« Je n’ai aucun problème à sauver la maison, mais il faudra aussi voir ce qu’on veut préserver dans le village. On sait que l’église a encore besoin de réparations. Car on n’aura pas les moyens de tout sauver et les citoyens sont partagés. Il faudra voir tout cela avant de prendre une décision. La municipalité ne peut s’engager financièrement dans cette voie », confiait-il en entrevue téléphonique.

Car, décrit-il, non seulement faut-il la déménager, mais il faut aussi la restaurer et la faire vivre.

image