10 août 2015
Stéphane Dion de passage dans la région
Par: Sarah-Eve Charland
Stéphane Dion en compagnie du propriétaire de Rovibec, Victor Rousseau et du candidat du PLC dans Bécancour-Nicolet-Saurel, Claude Carpentier. | TC Media – Sébastien Lacroix

Stéphane Dion en compagnie du propriétaire de Rovibec, Victor Rousseau et du candidat du PLC dans Bécancour-Nicolet-Saurel, Claude Carpentier. | TC Media – Sébastien Lacroix

Une grosse pointure du Parti libéral du Canada (PLC) était de passage dans la circonscription de Bécancour-Nicolet-Saurel, le 7 août, pour visiter les installations des entreprises Les Portes du Manoir à Sorel-Tracy ainsi que Rovibec et Sogetel à Nicolet afin de donner son appui au candidat Claude Carpentier.

L’ancien ministre de l’Environnement croit énormément au plan de Justin Trudeau pour lutter contre les changements climatiques, investir dans les technologies vertes, innover, étendre les zones protégées, améliorer et rendre accessible les parcs nationaux, accélérer la décontamination des sites, protéger le fleuve, les Grands Lacs et les espèces menacées.

Alors que Saint-Joseph-de-Sorel et Bécancour sont reconnus pour être parmi les endroits les plus pollués au Québec pour la qualité de l’air, Stéphane Dion estime que la réduction des gaz à effet de serre passe par d’abord par un effort de réglementation. « Comme on faisait quand j’étais le ministre, alors qu’il s’est rien fait sous les conservateurs sur ce plan », indique-t-il.

« Le problème de conservateurs, c’est qu’ils opposent l’environnement et l’économie, alors qu’il faut que ça aille ensemble. Ce que nous voulons établir, c’est de mettre les objectifs ensemble: la croissance économique, la justice sociale, un environnement sain, l’air pur. Il faut arrêter d’opposer les choses et les rassembler », soulève Stéphane Dion.

L’ancien chef du PLC a d’ailleurs vanté l’intégrité et la vision de Justin Trudeau. « Il est très différent de son père, mais il a la même conviction pour les valeurs libérales, de justice sociale, de croissance économique, d’amour de l’environnement et de la nature et d’amour du Canada et de son rôle dans le monde », l’a décrit Stéphane Dion qui rejette du revers de la main les critiques formulées à l’effet que le chef du PLC soit «immature».

Actif depuis le déclenchement de la campagne électorale, Claude Carpentier a voulu faire découvrir les fleurons économiques de la région à M. Dion. « On est parfaitement conscient de l’aide fédérale qu’on peut leur apporter. On ne peut pas faire autrement que de les soutenir et on a un programme fait pour eux. »

L’économie sera sans l’ombre d’un doute l’un plus importants chevaux de bataille pour M. Carpentier qui souhaite siéger à la Chambre des communes pour le comté Bécancour-Nicolet-Saurel le 19 octobre prochain.

« Il faut relancer l’économie. Si on met la classe moyenne en priorité, on pourra relancer l’économie. Il faudra aussi travailler à maintenir la gestion de l’offre qui a un important impact sur les nombreux agriculteurs de la région. »

La journée s’est poursuivi à l’Hôtel de la Rive où Stéphane Dion a pris le temps d’honorer les candidats qui ont porté les couleurs du Parti lors des dernières élections : Yvon Hébert, Rolland Paradis, Ghislaine Cournoyer, Jocelyn Paul, Rhéal Blais, Michel Biron et Ghislaine Provencher.

Avec la collaboration de Sébastien Lacroix

image