23 novembre 2017
Statera pourrait engendrer 2,2 M$ de retombées économiques
Par: Sarah-Eve Charland
La chargée de projet, Kimmaly Paul-Hus, l’expert-conseil, Christian Bouchard et la vice-présidente, Nathalie LeMay, préparent l’arrivée de Statera en juin 2018. |  © Sarah-Eve Charland

La chargée de projet, Kimmaly Paul-Hus, l’expert-conseil, Christian Bouchard et la vice-présidente, Nathalie LeMay, préparent l’arrivée de Statera en juin 2018. | © Sarah-Eve Charland

Le projet touristique Statera, qui verra le jour au quai Catherine-Legardeur en juin 2018, pourrait générer des retombées économiques auprès des entreprises régionales de près de 2,2 M$ annuellement.

Le Regroupement indépendant pour la relance économique de la région de Sorel-Tracy (RIRÉRST) – Statera estime que près de 35 000 personnes pourraient payer un billet d’entrée annuellement afin de participer à l’expérience immersive.

« Il s’agit d’un potentiel. Il pourrait y en avoir plus qui viennent visiter le quai sans payer pour l’expérience. Si on en a moins, c’est correct aussi. On a aussi envisagé aussi des scénarios pessimistes et ça fonctionne quand même », affirme la vice-présidente du conseil d’administration, Nathalie LeMay.

Le prix d’entrée s’élèvera à 45$, ce qui inclura la participation au volet à l’intérieur « Les îles la nuit », au volet à l’extérieur avec le dôme illuminé « Le Fleuve qui marche », ainsi que l’entrée au Biophare.

« Pour obtenir ces retombées économiques, ça prend des conditions gagnantes. On est en train de rattacher ces conditions. La prochaine étape sera d’approcher les commerçants pour créer des partenariats », souligne l’expert-conseil en développement touristique du projet, Christian Bouchard.

À l’heure actuelle, le RIRÉRST a conclu une entente avec la compagnie Navark afin d’offrir des croisières dans les îles de Sorel. D’autres entreprises offriront également des excursions de kayak, de rabaska et de paddleboard dans les îles.

« Le but est de garder les touristes une journée complète ou deux. Ils pourront faire l’expérience Statera à l’intérieur, visiter les îles, souper au centre-ville et venir à l’expérience le soir », explique M. Bouchard.

Du travail sur la planche

Le RIRÉRST développera une stratégie marketing d’envergure afin d’attirer les gens de l’extérieur dans la région.

« C’est un défi, reconnait Nathalie LeMay. Les études démontrent qu’il y a du travail à faire pour rendre Sorel-Tracy intéressant. La campagne de visibilité sera très importante. »

M. Bouchard ajoute que Statera représentera le plus gros projet touristique financé par Tourisme Québec en 2018. « Il n’y aura rien de comparable. »

Le projet total de 10 M$ permettra d’embaucher une quinzaine d’employés en saison forte. Statera sera une attraction estivale et sera ouverte de mai à octobre.

image