13 août 2018
Pluie des dernières semaines
Soupir de soulagement pour certains agriculteurs
Par: Xavier Demers
 La saison s'annonce finalement moins pire qu'anticipée, entre autres grâce aux pluies des trois dernières semaines. (Photo : Xavier Demers)

La saison s'annonce finalement moins pire qu'anticipée, entre autres grâce aux pluies des trois dernières semaines. (Photo : Xavier Demers)

L’absence de pluie lors du mois de juillet a fait craindre le pire à des agriculteurs de la région, mais les précipitations des dernières semaines ont pu leur éviter des dommages plus importants.

Publicité
Activer le son

« Disons que chaque fois que je rencontrais un producteur, il me parlait du manque de pluie, a affirmé le président du syndicat de l’UPA de Richelieu-Yamaska, Sylvain Joyal. [La pluie des dernières semaines], c’est un gros pansement. La situation commençait à être dramatique. »

Le producteur de Yamaska, Patrick Benoit, abonde dans le même sens.

« Il y a eu un bout de temps dans l’été où on commençait à être très inquiets, a-t-il confié. On a eu une bonne pluie et il était temps. Si elle était arrivée trois jours plus tard, les dommages auraient été plus importants. »

Du côté de la Ferme J.N. Beauchemin, le copropriétaire Ghislain Beauchemin explique que les conditions printanières lui ont permis de s’en tirer malgré tout.

« Puisqu’on a fait des semences dans les meilleures conditions possible ce printemps, on avait déjà 50% de la récolte qui est presque assurée, a expliqué M. Beauchemin. À ce moment-là, ça nous permet de laisser l’enracinement prendre bien facilement. »

Saison « sauvée »

Pour le propriétaire de la ferme Patrick Benoit, l’inquiétude a laissé place à la réjouissance. À ce moment-ci, la saison s’annonce même bonne pour lui.

« Les dommages sont minimes pour le moment, a affirmé M. Benoit. Je pense même qu’on se dirige vers une très bonne saison. C’est une année où on remarque que les terres qui ont une bonne structure de sol s’en sortent mieux que celles qui n’ont pas une situation adéquate. Je pense qu’on va s’en sauver pour la saison. »

« Pour la pollinisation, on avait peur qu’il n’y ait pas assez d’eau, mais là elle est en train de se produire, a ajouté M. Beauchemin. Dans le maïs, on peut dire que ça s’est très bien fait. Dans le soya, on a perdu un peu de fleurs au début juillet, mais ça se reprend bien maintenant. Le blé a souffert un peu de sécheresse. »

Plus difficile pour les foins et les abeilles

Si somme toute, les agriculteurs de Richelieu-Yamaska sont parvenus à afficher un bon bilan au début du mois d’août, certaines productions connaissent plus de difficulté. C’est d’ailleurs le cas du foin, qui est récolté en moins grande quantité qu’en temps normal.

« Il y a un petit peu moins de foin qu’à l’habitude, a souligné Ghislain Beauchemin. C’est mieux d’avoir une bonne qualité et moins de foin. On est quand même chanceux, on n’est pas affecté comme dans la Gaspésie. »

Du côté des apiculteurs, la situation est plutôt critique. Le producteur apicole Ruchers Bérard installe des ruches à la ferme J.N. Beauchemin.

« L’an passé, on avait une très mauvaise année et on a eu trois semaines de très beau temps, a rappelé M. Beauchemin. Mais pour les abeilles, elles ont tellement travaillé fort durant ces trois semaines qu’il y a eu des pertes terribles durant l’hiver. »

image