23 mai 2018
Sorel-Tracy s’attaque à l’herbe à poux
Par: Sarah-Eve Charland

La directrice générale de l'Association pulmonaire, Dominique Massi, le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, le Dr Yves Jalbert et la représentante de la Brigade Verte, Marianne Vachon (Photo : Sarah-Eve Charland)

Sorel-Tracy s’est lancée comme porte-étendard de la 12e Campagne provinciale de l’arrachage de l’herbe à poux en invitant l’ensemble des municipalités à se joindre au mouvement. La Ville a mis en place une série d’actions visant à diminuer les impacts de cette plante envahissante.

La campagne de sensibilisation a été lancée en collaboration avec l’Association pulmonaire du Québec et le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Une quinzaine de municipalités ont confirmé leur participation à la campagne provinciale, dont Saint-Joseph-de-Sorel. L’herbe à poux représente l’un des principaux responsables des allergies en période estivale.

La Ville de Sorel-Tracy a adopté un règlement municipal concernant la destruction de l’herbe à poux en 2009. De plus, elle assure l’entretien des terrains municipaux et la tonte des terrains vacants. Elle engage aussi plusieurs jeunes qui, par le biais de la Brigade Verte, tiennent d’été en été plusieurs actions de sensibilisation auprès des citoyens.

« Nous avons une responsabilité collective d’arracher l’herbe à poux pour améliorer la qualité de vie des gens aux prises avec des allergies. En 2018, la Ville souhaite intensifier et pérenniser ses efforts contre l’herbe à poux », affirme le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin

La Ville développera un plan de contrôle de l’herbe à poux 2018-2023 qui aura pour objectif d’établir un diagnostic des endroits où se trouve l’herbe à poux sur le territoire et de cibler les secteurs d’intervention prioritaire. La Brigade procédera au dépistage sur les terrains municipaux, industriels, commerciaux et institutionnels. Les données seront collectées par appareils GPS afin de réaliser une carte.

De plus en plus néfaste

Le directeur général adjoint de la protection de la santé publique au ministère, le Dr Yves Jalbert, a mentionné que cette plante devient une préoccupation croissante au fil des années.

« On a une préoccupation par rapport à l’adaptation aux changements climatiques. C’est l’une des plantes, malheureusement, qui bénéficie de la situation. Non seulement elle devient plus forte, mais en plus, elle s’installe dans de nouveaux territoires », mentionne le Dr Jalbert.

Il ajoute que l’arrachage de la plante a des impacts positifs. En 2016, on a constaté une diminution de cinq fois la quantité de pollen à la suite d’une grande opération d’arrachage de l’herbe à poux à Trois-Rivières, précise-t-il.

La directrice générale de l’Association pulmonaire, Dominique Massi, a salué les nombreuses initiatives de Sorel-Tracy. Elle a aussi annoncé qu’un groupe d’entraide de l’Association sera lancé à l’automne à Sorel-Tracy. La pneumologue Martine Dulude siègera sur le conseil d’administration.

image