6 septembre 2018
Sorel-Tracy priorise les achats locaux grâce à une nouvelle politique
Par: Xavier Demers
La Ville de Sorel-Tracy a adopté sa politique d’approvisionnement afin de prioriser les achats locaux et régionaux, lors de la séance du conseil municipal du 4 septembre. (Photo: archives)

La Ville de Sorel-Tracy a adopté sa politique d’approvisionnement afin de prioriser les achats locaux et régionaux, lors de la séance du conseil municipal du 4 septembre. (Photo: archives)

La Ville de Sorel-Tracy a adopté sa politique d’approvisionnement afin de prioriser les achats locaux et régionaux, lors de la séance du conseil municipal du 4 septembre. Un minimum de 5% des équipements achetés devra provenir de Sorel-Tracy.

« Ça fait longtemps qu’on voulait appliquer cette politique. On pense augmenter de beaucoup l’activité commerciale localement par l’arrivée de nouveaux fournisseurs qu’on ne connaissait pas », a déclaré le maire Serge Péloquin.

Tous les achats totalisant plus de 1 000$ seront soumis à cette politique d’approvisionnement, avec au moins trois soumissionnaires. Une banque de fournisseurs locaux et régionaux sera également mise à jour.

« Le réflexe de tous les départements, c’était de souvent faire des affaires avec les mêmes, par habitude, par appréciation de service, a indiqué le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin. Non seulement il y aura des rotations entre les fournisseurs, mais aussi des demandes de prix ouvertes à plus de monde. Si on veut acheter par exemple, 1 000$ et plus d’un modèle d’ordinateur, je vais l’envoyer à tous nos fournisseurs locaux d’ordinateurs. »

Avec l’adoption de la loi 122, les villes sont tenues d’adopter un règlement concernant la gestion contractuelle, mais peuvent accorder des contrats d’une valeur de moins de 100 000$ comme bon leur semble, avec des restrictions. Auparavant, tous les contrats d’une valeur de moins de 25 000$ pouvaient être accordés de gré à gré.

« Le but, c’est de démocratiser tout ça de concert avec nos acheteurs. Ils vont avoir leur formation bientôt. Oui, ça va être plus de travail, mais on pense qu’avec ça, ça va donner plus de chances aux fournisseurs. »

La réglementation sur l’approvisionnement devra également être suivie par les organismes financés par la ville.

« On va faire aussi la formation auprès des organismes que l’on finance. Ils vont devoir adopter notre politique d’achat, suivre la même réglementation et les règles d’éthique », a indiqué M. Péloquin.

Échos du conseil

La Ville a décidé de mettre en place un comité formé de jeunes de Sorel-Tracy pour favoriser leur implication dans la politique municipale.

Le comité sera composé de 7 à 10 jeunes de 12 à 25 ans, dont au moins deux du premier cycle du secondaire, deux du deuxième cycle du secondaire et de deux à quatre de niveau collégial ou d’un centre de formation professionnelle. Deux conseillers municipaux et un employé de la Ville compléteront le comité.

Son but sera de faire des recommandations au conseil et donner son avis sur des sujets qui touchent les jeunes.

« Les jeunes nous demandent ce qu’ils peuvent faire de plus pour la Ville, a déclaré le maire Serge Péloquin. Ils ont des idées, souvent liées aux activités physiques, comme le skatepark par exemple. En même temps, ça va servir pour qu’ils comprennent comment une Ville fonctionne, comment se prennent les décisions et que les projets ne se font pas uniquement par la Ville. »

La date limite pour les inscriptions au comité jeunesse est le 21 septembre. La première réunion se tiendra au mois d’octobre.

La Ville de Sorel-Tracy a également décidé de majorer son budget pour le Programme de rénovation pour les bâtiments du Vieux-Sorel ayant une valeur patrimoniale de 85 000$.

Le total du montant réservé au programme s’élèvera donc à environ 140 000$.

« On a décidé d’accorder un montant supplémentaire et je suis bien content parce que le programme a un immense succès, a indiqué le conseiller municipal du district Des Patriotes, Patrick Péloquin. En 2015, quand on l’a mis en fonction, on a donné à peu près 29 000$, en 2016, 60 000$, en 2017, 100 000$. C’est un programme essentiel parce qu’on veut préserver le caractère patrimonial du Vieux-Sorel.

image