13 février 2018
Facture impayée pour des services spécialisés en incendie
Sorel-Tracy et Saint-Ours ont trouvé un terrain d’entente
Par: Julie Lambert

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, fait face au maire de La Prairie pour représenter la Montérégie au conseil d'administration de l'Union des municipalités du Québec. (Photo : Pascal Cournoyer/Archives)

Le maire de Saint-Ours, Sylvain Dupuis (Photo : Pascal Cournoyer/Archives)

Après des relations tendues pendant plusieurs mois pour un facture impayée, Sorel-Tracy et Saint-Ours se sont finalement entendues pour signer une nouvelle entente de services spécialisés en sécurité incendie.

Les discussions étaient difficiles depuis plusieurs mois entre les deux villes puisque Sorel-Tracy réclamait un montant d’environ 1 900$ pour des interventions réalisées par ses pompiers sur le territoire de Saint-Ours à l’été 2016. Cette dernière n’était toutefois pas en accord avec cette position, jugeant que la facture ne lui revenait pas.

Sorel-Tracy avait même voté, en décembre, une résolution afin d’arrêter son entente de services spécialisés en incendie avec Saint-Ours dès 2018. La situation s’est toutefois rétablie depuis, affirment les deux maires puisqu’une nouvelle entente sera signée dans les prochains jours.

Rétablir les faits

Deux rencontres ont eu lieu, une avant la période des Fêtes et une deuxième après, afin de discuter des différents points de litige entre les deux villes, souligne le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

« On a eu deux bonnes rencontres. La première a servi à établir les faits pour chacune des municipalités afin de savoir comment on en était arrivés là. On a pris un peu de recul pour revenir avec des solutions aux problèmes soulevés pour investir dans une relation qui durera dans les prochaines années. On devait régler ce qui accrochait », explique-t-il.

Le maire de Saint-Ours, Sylvain Dupuis, se réjouissait d’avoir pu trouver un terrain d’entente. Selon lui, celle valide jusqu’au 31 décembre ne répondait pas totalement aux réels besoins de sa ville en matière de couverture de services spécialisés.

« On avait des vérifications à faire surtout dans l’application de certaines choses. Nos arguments ont été bien reçus. Il y a des points qu’on avait soulevés et c’est pour ça qu’on s’est fait entendre. On a pu se parler. On ne s’était peut-être pas assez parlé avant. Là, on est sur le bon chemin », assure M. Dupuis.

L’important pour les deux maires est la sécurité de leurs citoyens, ont-ils insisté. M. Dupuis souligne que de bonnes relations étaient nécessaires entre les deux villes surtout en raison des collaborations qu’effectuent les deux services chaque année.

« Notre brigade est bien formée, mais on a besoin de services plus spécialisés. Nous n’avons pas les équipements pour des sauvetages sur l’eau ou des hommes-araignées. On devait donc trouver une façon de travailler ensemble », ajoute-t-il.

Les points nébuleux ont maintenant été discutés, mentionne le maire Péloquin. La Ville de Saint-Ours s’est acquittée de sa facture et les directeurs généraux des deux municipalités vont travailler à mettre sur papier la nouvelle entente.

« Il y avait à établir à qui revenait la responsabilité d’intervenir dans un secteur plus problématique, soit les écluses de Saint-Ours. On devait établir sous quelle juridiction étaient l’île, le barrage et les écluses et quelle municipalité devait y intervenir. Maintenant, c’est plus clair et il n’y a plus de zones grises. On s’est aussi entendus pour déterminer les interventions et les entreprises qui nécessiteraient nos services. Je crois que nos discussions vont enrichir le futur », conclut Serge Péloquin.

image