7 juin 2018
États financiers 2017
Sorel-Tracy enregistre un surplus de 1,4 M$
Par: Julie Lambert

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a présenté les états financiers 2017 de la Ville le 4 juin. (Photo : Pascal Cournoyer)

La Ville de Sorel-Tracy a dévoilé, le 4 juin, les résultats des états financiers en 2017. La municipalité a enregistré un surplus de 1,4 M$, soit un excédent de 2,5% de son budget original prévu de 56,6 M$. Les raisons de cette bonne performance sont l’augmentation des revenus et des charges.

Publicité
Activer le son

Le maire de Sorel-Tracy a présenté les principaux faits saillants aux citoyens réunis à la salle du conseil de ville lors de la séance publique du 4 juin. Dans le rapport, on explique cette augmentation de 2,4 M$ par les droits de mutation (0,9 M$), les dispositions de terrains (0,8 M$), le revenu du parc éolien Pierre-De Saurel (0,3 M$) et les autres revenus (0,4 M$).

« On explique les droits de mutation par le niveau élevé des différentes transactions immobilières qu’on a eues. On a ce résultat malgré une augmentation des dépenses de 1 M$ sur le budget prévu de 2017 en raison de la signature des conventions collectives des deux groupes de pompiers au Service de sécurité incendie, des cols blancs et de nos cadres pour les cinq prochaines années. Ceci reflète les efforts du conseil municipal de diminuer la charge fiscale des citoyens », a mentionné le maire Péloquin.

Le taux global de taxation s’est élevé à 1,2812$ par 100$ d’évaluation, soit 0,1095$ de moins qu’en 2016. La Ville a aussi investi 18,4 M$ en 2017, un montant record, ce qui représente 3,2 M$ de plus que l’année précédente.

L’endettement total net à long terme s’élève à 54,2 M$, soit 1,4 M$ de moins qu’en 2016 tandis que la municipalité à un excédent de fonctionnement, soit un surplus pouvant être utilisé pour les imprévus, de 3,1 M$.

Le secteur des loisirs et la culture a représenté 22% des dépenses réalisées par la Ville en 2017. Il est suivi par la Sécurité publique (18%), l’administration générale (13%), l’hygiène du milieu (14%) et les amortissements des immobilisations (11%).

Des investissements records

Parmi les projets, on compte des travaux d’infrastructures sur plusieurs rues (4,6 M$), la réfection de trottoirs et la réhabilitation de chaussées (2,2 M$). Le mur de palplanches à la Centrale de traitement des eaux a coûté 2,8 M$, tandis que l’aménagement de la Maison des gouverneurs représente une dépense de 500 000$.

Plusieurs bâtiments municipaux (bâtiment H, pavillon d’accueil du quai Catherine-Legardeur, Biophare, Centre Sacré-Coeur, Colisée Cardin et Marché des arts Desjardins) ont également été rénovés pour une somme de 5,2 M$.

image