31 août 2015
Sorel Forge victime du ralentissement du secteur pétrolier
Par: Louise Grégoire-Racicot
L'entreprise s’affiche comme « Sorel Forge », mais est mieux connue dans la région comme « Les Forges de Sorel ». | Photo: TC Média - Archives

L'entreprise s’affiche comme « Sorel Forge », mais est mieux connue dans la région comme « Les Forges de Sorel ». | Photo: TC Média - Archives

L’entreprise soreloise « Sorel Forge » mieux connue dans la région comme « Les Forges de Sorel » est affectée par le ralentissement de l’activité dans le secteur pétrolier.

Elle y a plusieurs clients qui subissent la baisse du prix du pétrole depuis un bon moment, a expliqué le président de l’entreprise, Richard LaHaye. Cette situation force l’entreprise soreloise à faire des mises à pied temporaires.

C’est ainsi que depuis avril dernier, elle a réduit de 15% à 20% le nombre de ses travailleurs, estime-t-il, ces changements permettant de s’ajuster aux fluctuations du carnet de commandes.

« On ne peut garder au travail des travailleurs quand la machine à laquelle ils sont assignés ne tourne pas, faute de commandes », dit-il.

Jusqu’en avril dernier, l’entreprise produisait à pleine capacité, a-t-il rappelé. La demande est toujours importante dans le secteur automobile, mais dans le secteur pétrolier, les entreprises ne font ni investissements, ni même de réparations. Ce qui affecte passablement la demande pour les aciers sorelois, précise-t-il.

« Malheureusement, nous n’avons pas de boule de cristal permettant de prédire l’avenir. Pour le moment, la baisse du dollar canadien nous est favorable pour les produits exportés à l’étranger. Mais les commandes ne suivent pas nécessairement. On vit avec cela. Mais je compte bien que la croissance reprendra sous peu. Probablement qu’elle sera lente. Mais nous avons une entreprise très compétitive. Nos clients nous demeurent fidèles, mais le volume de leurs commandes stagne encore pour le moment. »

Le syndicat comprend la situation, commente-t-il. « Il a hâte comme nous que la reprise commence. On se rencontre souvent et dans tout ce processus, on suit à la lettre ce que la convention prévoit quand il y a ralentissement. »

Ce dernier n’a pas retourné notre appel.

Rappelons qu’en avril et mai dernier, 35 employés avaient été mis à pied et à l’aciérie, l’entreprise avait dû diminuer de quatre à deux le nombre d’équipes qui y sont assignées.

À ce moment, l’entreprise comptait 275 employés horaires et 70 cadres.

image