16 juin 2020
Signer cette pétition!
Par: Louise Grégoire-Racicot

Forte d'une expérience de plus de 40 ans dans les médias, dont 37 au journal Les 2 Rives, Louise Grégoire-Racicot écrit une chronique hebdomadaire à propos de sujets régionaux.

En cette période de déconfinement progressif, une bonne nouvelle a, la semaine dernière, allégé mon humeur parfois morose. Celle de l’agrandissement de l’Hôtel-Dieu pour y ajouter un service d’imagerie par résonance magnétique (IRM).

Publicité
Activer le son

Pour un, le député Jean-Bernard Émond a certes marqué des points cette fois en convainquant la ministre McCann d’approuver le versement de 6 M$ pour réaliser ce projet. Cet appareil avait notamment été publiquement réclamé par 88 médecins et pharmaciens du centre hospitalier en mai 2019. Ils alléguaient alors que non seulement l’IRM contribuerait à poser des diagnostics plus rapides et moins invasifs à Sorel-Tracy même, mais qu’il ajouterait à l’attrait et à la rétention de médecins spécialistes et généralistes ici. Un besoin qui se fait sentir depuis un bon moment déjà.

Cependant, cette bonne nouvelle n’atténuera certainement pas l’insistance des maires de la région – particulièrement celui de Sorel-Tracy – à obtenir la décentralisation des services de santé et de redonner aux institutions des régions, l’autonomie nécessaire pour mieux répondre aux besoins de leurs gens. Chose qu’ils réclament depuis février 2019 tant auprès du député Émond que de la ministre. Mais cette dernière n’a pas encore réagi à leur demande.

D’ailleurs, la crise de la COVID-19 a mis en lumière de façon non équivoque la distanciation néfaste entre les lieux de décision du ministère et ceux de dispense des soins. Ainsi que les répercussions dramatiques qu’elle a entrainées, non?

Ce pour quoi une pétition déposée par la région avant le début de la pandémie prend tout son sens et circule à cet effet sur le site de l’Assemblée nationale. Elle réclame l’autonomie des régions – dont celle de Sorel-Tracy – en matière de dispense de soins locaux mieux adaptés aux besoins, contestant ainsi la réforme Barrette introduite en 2015.

Autre exemple de cet éloignement progressif des centres décisionnels est certes le refus du CISSS de la Montérégie-Centre de diffuser des données spécifiques à la MRC sur le nombre de cas de COVID-19 qu’on y a dépistés. Il a bien spécifié le nombre de cas dans la MRC et à Sorel-Tracy, mais jamais un mot à savoir si ces cas ont été mortels ou guéris. Les personnes atteintes ont-elles été hospitalisées ici? Combien ont été testées et diagnostiquées? Connait-on au moins l’histoire des cas dépistés? Comment s’est-elle répandue? Les personnes ont-elles attrapé la maladie ici ou ailleurs?

Pourtant ces détails auraient certes contribué à rassurer les gens, d’autant que l’on a observé une hausse rapide des cas il y a quelques semaines. La situation, dit-on, est maintenant stable.

C’est bien beau de connaitre les données d’autres régions, mais en quoi nous serviraient-elles mieux que les nôtres? Pas question d’alerter les gens, mais plutôt de les situer et ainsi les inciter à prendre les moyens de bien se protéger et de protéger les autres. Rien de plus! Reste qu’il est difficile de croire que cela aurait demandé trop de travail en période de pandémie au personnel affecté à cette tâche, comme on nous répond. Comme si compiler les données pour la Montérégie n’impliquait pas d’y additionner celles de la région de Sorel-Tracy, partie prenante de cette région!

Voilà de bonnes raisons pour inciter tous nos concitoyens qui ont pu constater – directement ou par personnes interposées – la perte d’autonomie de notre région en matière de santé à prendre quelques minutes de leur temps pour aller sur le site de l’Assemblée nationale et signer cette pétition. Une façon bien simple et concrète d’assumer nos responsabilités citoyennes et notre solidarité à l’égard de notre collectivité.

Lien vers la pétition : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-8437/index.html

image