5 octobre 2021
Début de la saison des Éperviers ce vendredi
« Si on ne vise pas le championnat, on n’a pas d’affaire à jouer » – Christian Deschênes
Par: Jean-Philippe Morin

L’entraîneur-chef des Éperviers de Sorel-Tracy, Christian Deschênes, veut défendre les titres acquis en 2018 et 2019. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

L’attaquant Antoine Waked sera une pièce importante de l’attaque des Éperviers cette saison. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Le gardien de but Marc-Antoine Gélinas est fin prêt pour cette saison 2021-2022. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Après deux championnats de séries en 2018 et 2019, puis l’annulation des séries en 2020 et de la saison 2020-2021 en raison de la pandémie, les Éperviers de Sorel-Tracy sont fin prêts à renouer avec l’action ce vendredi 8 octobre, à 20 h, contre les Marquis de Jonquière au Colisée Cardin. Leur objectif est simple : gagner la Coupe Vertdure.

Publicité
Activer le son

« On fait partie d’un trio d’équipes qui a gagné les séries deux fois en ligne. Ça n’est jamais arrivé trois fois de suite. C’est clair que c’est le plan. On a un groupe qui veut ça. Si on ne vise pas le championnat, on n’a pas d’affaire à jouer », lance catégoriquement le directeur général et entraîneur-chef des Éperviers, Christian Deschênes, lorsque questionné sur ses objectifs cette année.

Le pilote des Éperviers accorde toutefois un peu moins d’importance au championnat de saison. Rappelons que son équipe avait terminé au premier rang du classement en 2014-2015, mais les Sorelois n’étaient pas parvenus à remporter le titre.

« C’est sûr que c’est quand même important d’avoir l’avantage de la glace en partant dans les séries, mais je n’abuserai pas de l’énergie de mes joueurs pour atteindre la première ou la deuxième place pour ensuite arriver à terre en séries. Le but, c’est de bien finir la saison et d’arriver prêts en séries, peu importe la position au classement », philosophe-t-il.

Selon lui, bien malin celui qui pourra prédire le classement final dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) cette année. « Toutes les équipes se sont améliorées. Les attaques sont toutes dangereuses; ce sera une question de défensive et de plans de match », croit Christian Deschênes.

Une attaque redoutable

La formation des Éperviers ressemblera beaucoup à celle qui a terminé au troisième rang du classement de la LNAH en 2019-2020.

À l’attaque, des piliers comme André Bouvet-Morissette, Kevin Gadoury, David Massé, Dany Potvin et Étienne Brodeur sont de retour. Des joueurs de soutien comme Charles Tremblay et Olivier Caouette seront aussi de la formation.

À la défense, les Éperviers peuvent compter à nouveau sur leur capitaine Adam Bourque ainsi que ses coéquipiers Mathieu Dumas, Julien Bahl, Maxime Ouimet, Victor Beaulac et Samuel Carrier, qui étaient tous là il y a un an et demi.

À ces joueurs se sont greffés quelques nouveaux venus qui auront un impact majeur sur la formation soreloise. À commencer à l’attaque par Olivier Hinse, qui a très bien fait en matchs préparatoires ainsi qu’Antoine Waked, qui a disputé deux saisons dans la Ligue américaine de hockey avec le club-école des Canadiens de Montréal.

« Je crois que l’attaque sera notre force, affirme sans détour Christian Deschênes. On a de gros bonshommes qui patinent. Dans cette ligue, c’est difficile performer si tu ne patines pas. L’arrivée de Waked et Hinse vient solidifier plusieurs aspects de notre attaque. En plus, ils se greffent à un noyau déjà très bien établi. C’est ce que j’aime de ces ajouts : ils ne viennent pas compétitionner contre nos vétérans pour leur voler des places, ils viennent les complémenter. »

Le directeur général du club sorelois croit toutefois qu’il lui reste un peu de travail à faire pour ajouter de la profondeur à sa défensive. « Je sais que Mathieu Dumas va manquer des matchs parce qu’il est aussi entraîneur pour son garçon. On aura un gars comme André Nepessis qui va jouer plus avec nous, mais dans le hockey senior, ce n’est pas un luxe d’avoir une base solide de huit défenseurs. On va commencer l’année comme ça, il faut savoir qu’il y a une pénurie de défenseurs dans la ligue. On est confiants que tous nos défenseurs sur la glace peuvent performer », avance Christian Deschênes.

Dans les buts, le vétéran Marc-Antoine Gélinas, qui a très bien fait avec les Éperviers dans les dernières années, devra partager son filet avec Domenic Graham, repêché cet été par le club. « Les deux gars sont en parfaite forme. Marc-Antoine s’entraîne avec les Lions de Trois-Rivières, donc il est sur la glace quatre à cinq fois par semaine, tandis que Domenic embarque sur la glace avec le Midget AAA, donc il reçoit des pucks lui aussi », lance l’entraîneur avec confiance.

Robustesse collective

Le favori de la foule et pugiliste David Lacroix devrait être de retour avec l’équipe sous peu. En raison d’une mononucléose contractée cet été, il a dû attendre pour obtenir ses vaccins contre la COVID-19, ce qui sera fait sous peu. Rappelons que tous les joueurs doivent être adéquatement vaccinés pour jouer, tout comme les spectateurs qui assistent aux rencontres.

S’il se réjouit d’avoir à nouveau David Lacroix dans son équipe, Christian Deschênes entend miser sur la robustesse collective au sein de son équipe.

« L’aspect bagarre tend à diminuer dans la ligue. Il n’y a pas eu beaucoup d’annonces de bagarreurs dans la ligue non plus. Le calibre est tellement élevé. Oui il y a l’aspect spectacle, mais ça prend des gars pour le faire et il n’y a aucune relève là-dedans. On ne voit plus de bagarres ou presque dans le junior, ça se répercute dans la Ligue américaine et la Ligue nationale. J’ai toujours préconisé la team toughness et de jeter les gants si la situation le demande. Pas sur l’aspect spectacle, mais sur l’aspect esprit d’équipe, quand un coéquipier est dans le trouble », conclut l’entraîneur-chef des Éperviers.

image